27 janvier 2016 / 07:19 / dans 2 ans

Pour Santander, Grande-Bretagne et Brésil pèsent sur le bénéfice

Ana Botin, présidente de Santander, La première banque de la zone euro a annoncé une chute de 98% de son bénéfice net du quatrième trimestre, sous le coup à la fois de provisions passées pour compenser les victimes de ventes abusives de produits d'assurance en Grande-Bretagne et d'un ralentissement des revenus au Brésil. /Photo prise le 27 janvier 2016/REUTERS/Sergio Perez

MADRID (Reuters) - Santander a annoncé mercredi une chute de 98% de son bénéfice net du quatrième trimestre, sous le coup à la fois de provisions passées pour compenser les victimes de ventes abusives de produits d‘assurance en Grande-Bretagne et d‘un ralentissement des revenus au Brésil.

La première banque de la zone euro, pressée depuis longtemps d‘améliorer ses ratios prudentiels, a cependant dit que le ratio de capital le plus contraignant avait dépassé la barre des 10% à la fin du quatrième trimestre, conformément à son objectif.

Le bénéfice courant de Santander a augmenté de 0,3%, à 1,46 milliard d‘euros, sur la période octobre-décembre, contre un consensus Reuters de 1,49 milliard. Mais en prenant en compte des charges exceptionnelles de 1,44 milliard, le bénéfice net de Santander ressort à 25 millions d‘euros, en baisse de 98%.

Près de la moitié de ces charges exceptionnelles sont liées au dossier des produits d‘assurances (PPI) en Grande-Bretagne, le solde étant le fait de dépréciations d‘actifs immatériels.

Royal Bank of Scotland, parmi une multitude de charges annoncées ce mercredi, a également passé 500 millions de livres (658 millions d‘euros) de provisions supplémentaires dans le dossier PPI.

RATIO DE CAPITAL

Certains analystes financiers ont salué l‘amélioration du ratio de capital de Santander, qu‘Ana Botin, qui a remplacé son père à la présidence de la banque il y a plus d‘un an, veut porter à plus de 11% d‘ici 2018.

Ana Botin a précisé que la banque était bien partie pour atteindre cet objectif sans avoir besoin de recourir à une augmentation de capital.

“Je veux souligner que nous n‘en avons pas besoin. Nous n‘allons ni augmenter le capital ni vendre des actifs”, a-t-elle dit lors d‘une conférence téléphonique.

La pire récession depuis des décennies au Brésil s‘est traduite par un recul de 12,2% des bénéfices générés dans le pays en 2015.

Sous l‘impulsion d‘Ana Botin, Santander a décidé d‘augmenter le nombre de crédits accordés à ses clients, la hausse nette en la matière étant de 7,6% sur l‘ensemble de 2015.

Les créances douteuses sont en recul, représentant 4,36% du total du portefeuille à fin décembre contre 4,5% trois mois plus tôt.

Mais, comme d‘autres banques espagnoles, Santander doit composer avec la pression que fait peser sur les marges le bas niveau des taux d‘intérêt dans la zone euro.

Sur les seuls trois derniers mois de l‘année, le revenu net des intérêts a augmenté de 2,3% par rapport à la même période de 2014, à 7,89 milliards, contre un consensus de 7,70 milliards. Mais par rapport au troisième trimestre, il accuse un recul de 1,2%.

Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below