5 novembre 2015 / 12:05 / dans 2 ans

Alstom se désendette mais n'envisage pas de grosse acquisition

Alstom a réaffirmé jeudi qu'il n'avait pas besoin de procéder à des acquisitions d'envergure bien que la vente de son pôle Energie à l'américain General Electric lui permette de se désendetter. Le fabricant du TGV a fait état d'une marge opérationnelle en légère hausse au titre du premier semestre de son exercice 2015-2016. /Photo d'archives/REUTERS/Vincent Kessler

PARIS (Reuters) - Alstom a réaffirmé jeudi qu‘il n‘avait pas besoin de procéder à des acquisitions d‘envergure bien que la vente de son pôle Energie à l‘américain General Electric lui permette de se désendetter.

Recentré sur les équipements ferroviaires depuis la finalisation, lundi, de cette opération, le fabricant du TGV a en outre fait état d‘une marge opérationnelle en légère hausse au titre du premier semestre de son exercice 2015-2016 et a confirmé ses prévisions pour le moyen terme.

Alstom avait auparavant annoncé, mercredi soir, une offre publique de rachat de ses propres actions d‘un montant de 3,2 milliards d‘euros afin de redistribuer comme prévu à ses actionnaires une partie du produit de la cession de son pôle énergie à GE.

Ses accords avec GE lui rapportant 7,1 milliards d‘euros net en tenant compte de ses coentreprises avec le groupe américain, du cash transféré avec ses activités énergie et du rachat de la signalisation ferroviaire de GE - à comparer avec un montant initial de 12,4 milliards -, Alstom a rappelé mercredi qu‘il serait désendetté à l‘issue des transactions.

“Nous sommes concentrés sur notre développement organique et nous ne regarderons des acquisitions potentielles que si c‘est une façon d‘accélérer notre stratégie et notre développement”, a cependant déclaré le PDG Patrick Kron, lors d‘une conférence téléphonique avec les analystes.

Le dirigeant a ajouté que, de son point de vue, Alstom pouvait être endetté mais pas de façon “agressive” et que, s‘il devait réaliser des acquisitions, celles-ci seraient ciblées afin de renforcer son portefeuille existant.

Patrick Kron sera comme prévu remplacé au poste de PDG par Henri Poupart-Lafarge, vice-président exécutif du groupe et président du secteur Transport, dont la nomination devrait intervenir fin janvier 2016.

Alstom a enregistré au titre du premier semestre de son exercice 2015-2016 un résultat opérationnel de 167 millions après coûts de structure (+10%) et un chiffre d‘affaires de 3.303 millions (+8%).

Sa marge opérationnelle s‘est ainsi établie à 5,1%, contre 5,0% au premier semestre 2014-2015.

Pénalisé par des coûts de séparation dans le cadre de la transaction avec GE, des frais financiers élevés et des charges de dépréciation spécifiques, Alstom accuse toutefois une perte nette part du groupe de 57 millions d‘euros au premier semestre (contre un bénéfice de 255 millions un an plus tôt).

Le groupe continue de viser un chiffre d‘affaires en croissance de plus de 5% par an à périmètre et taux de change constants et une marge opérationnelle qui devrait “s‘améliorer graduellement dans la fourchette de 5%-7%”.

Son flux de trésorerie disponible, qui traduit la trésorerie générée ou utilisée par l‘exploitation, est pour sa part toujours attendu “en ligne avec le résultat net avant la contribution des activités Energie, avec une volatilité possible sur de courtes périodes”.

Le flux de trésorerie disponible des activités poursuivies s‘est établi à -5 millions d‘euros à fin septembre 2015 contre -85 millions un an plus tôt.

Le pôle Energie et certains coûts de structure ont été classés en activités en cours de cession et ne sont donc pas inclus dans les commandes reçues, le chiffre d‘affaires et le résultat opérationnel.

Entre le 1er avril et le 30 septembre 2015, Alstom a enregistré 3,9 milliards d‘euros de commandes, contre 6,4 milliards au premier semestre de l‘année dernière, qui avait été dopé par un contrat de 4 milliards en Afrique du Sud.

L‘action Alstom accuse à 12h40 une des plus fortes baisses de l‘indice CAC 40 avec un repli de 5,55% à 29,27 euros.

“La publication n‘est pas mauvaise. Simplement, Alstom a annoncé son ‘share buyback program’, sans surprise, et comme l‘action avait pris 4% hier, ça recule ce matin”, a estimé un trader basé à Paris.

Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below