30 octobre 2015 / 20:44 / dans 2 ans

Wall Street finit en repli, plus forte hausse mensuelle en 4 ans

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a fini en baisse vendredi, le ralentissement des dépenses de consommation en septembre ayant éclipsé les bons résultats des compagnies pétrolières, tout en affichant sa plus forte hausse mensuelle en quatre ans.

LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

L‘indice Dow Jones a perdu 92,26 points, soit 0,52%, à 17.663,54 points. Le S&P-500, plus large, a cédé 10,05 points, ou 0,48%, à 2.079,36 points et le Nasdaq Composite a reculé de 20,53 points (-0,40%) à 5.053,75 points.

Sur le mois d‘octobre, le Dow affiche un gain de 8,5%, le S&P 8,3% et le Nasdaq 9,4% et l‘indice de volatilité CBOE est retombé de 38,5%, plus net repli mensuel de son histoire, reflétant un retour au calme sur le marché après un été agité.

Sur la semaine, le Dow a pris 0,1%, le S&P 0,2%, sa cinquième hausse hebdomadaire consécutive, et le Nasdaq 0,4%.

Les publications de résultats du troisième trimestre étant bien entamées, les investisseurs se tournent de plus en plus vers les indicateurs macroéconomiques pour évaluer la solidité de l‘économie dans la perspective de la prochaine décision de la Réserve fédérale sur les taux d‘intérêt au mois de décembre.

A l‘issue de sa réunion de politique monétaire, la Fed a laissé mercredi la porte ouverte à une hausse de ses taux à cet horizon en fonction de la situation de l‘économie américaine.

“Le marché est un peu pris en otage”, dit Jeff Buetow, responsable de l‘investissement chez Innealta Capital. “Ce serait bien d‘avoir un peu de clarté une fois pour toutes sur ce que la politique monétaire va être dans un avenir prévisible.”

L‘indice des produits de consommation courante a reculé de 1,1% après l‘annonce avant l‘ouverture que les dépenses de consommation ont enregistré en septembre aux Etats-Unis leur hausse la plus faible en huit mois.

La publication dans la matinée d‘un indice de confiance du consommateur américain en amélioration plus faible qu‘annoncée en première estimation en octobre a pesé aussi.

NOUVELLE CHUTE DE VALEANT

En revanche, l‘activité manufacturière en région de Chicago a atteint en octobre son rythme le plus soutenu depuis janvier, avec un indice revenu nettement au-dessus de 50, selon l‘enquête mensuelle auprès des directeurs d‘achat.

L‘indice S&P des valeurs liées à l‘énergie (+0,68%) a affiché la meilleure performance sectorielle, après de bons résultats de deux grandes compagnies pétrolières américaines.

Exxon et Chevron ont gagné respectivement 0,62% et 1,1% contre la tendance à la suite de la publication de résultats supérieurs aux attentes avec l‘amélioration des marges de raffinage grâce à la baisse des cours du pétrole.

L‘indice de la santé a pris 3,1% sur la semaine, sa meilleure performane depuis mars grâce à de bons résultats dans le secteur.

Abbvie a bondi de 10,07% après que le groupe pharmaceutique a annoncé prévoir une croissance annuelle de son bénéfice par action supérieure à 10% jusqu‘en 2020 et a relevé son dividende de 12% à compter de février.

De même, le réseau social professionnel LinkedIn et le voyagiste en ligne Expedia ont gagné respectivement 11% et 7,27% à la suite de résultats supérieurs aux attentes.

De son côté, Valeant Pharmaceuticals a chuté de 15,9%. Le laboratoire canadien a annoncé qu‘il allait rompre tous les liens commerciaux avec le réseau de distribution pharmaceutique Philidor Rx Services à la suite des critiques portées sur la relation commerciale entre les deux groupes.

Environ 7,4 milliards d‘actions ont été échangées sur les marchés américains, un montant supérieur à la moyenne des 20 derniers jours de Bourse, selon les données de Thomson Reuters.

Les obligations du Trésor américain ont progressé et le rendement est retombé de ses pics d‘un mois à la suite de la publication d‘indicateurs décevants, qui ont relancé les inquiétudes sur la croissance aux Etats-Unis et dans le monde.

Le dollar a perdu du terrain, notamment face au yen après la décision de la Banque du Japon de ne pas assouplir davantage sa politique monétaire.

Les cours du pétrole ont progressé de plus de 1%, portés notamment par l‘annonce d‘une baisse du nombre de puits de forage aux Etats-Unis pour la neuvième semaine d‘affilée.

Avec Abhiram Nandakumar et Caroline Valetkevitch, Juliette Rouillon pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below