29 octobre 2015 / 12:25 / dans 2 ans

Nette baisse des Bourses européennes à la mi-séance

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes sont orientées en nette baisse jeudi à mi-séance, après un début de session hésitant, plombées notamment par des annoncées jugées décevantes de Deutsche Bank, de Saint-Gobain et de Barclays, ainsi que par une chute des valeurs minières.

Les Bourses européennes sont orientées en nette baisse jeudi à mi-séance, après un début de session hésitant, plombées notamment par des annoncées jugées décevantes de Deutsche Bank, de Saint-Gobain et de Barclays, ainsi que par une chute des valeurs minières. À Paris, l'indice CAC 40 perdait 0,97% à 12h55. À Francfort, le Dax cédait 0,6% et à Londres, le FTSE 1,2%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

Les actions en Europe n‘ont finalement pas suivi la tendance haussière de Wall Street la veille, où les déclarations de la Réserve fédérale américaine ouvrant explicitement la porte à une hausse des taux en décembre ont été reçues comme une marque d‘optimisme à propos de l‘économie américaine.

À Paris, l‘indice CAC 40 perdait 0,97% à 4.843,00 points à 12h55. À Francfort, le Dax cédait 0,6% et à Londres, le FTSE 1,2%. L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,88% et l‘EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,58%. Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de 0,46% à 0,62%, après avoir pris plus de 1% mercredi.

La baisse des ressources de base (-3,1%), dans le sillage des cours des métaux affectés par la hausse du dollar du fait du renforcement des anticipations de hausse de taux de la Fed en décembre, a pesé sur la tendance.

Aux valeurs, Saint-Gobain perd 5,8%, plus net repli du CAC 40, après son avertissement. Tout de suite après arrive Sanofi, qui perd 4% après avoir annoncé que les ventes de sa division diabète baisseraient de 4 à 8% par an entre 2015 et 2018.

Deutsche Bank chute de 6,7% après une première réaction à la hausse, l‘annonce de la suppression d‘emplois et des dividendes 2015 et 2016 n‘ayant, semble-t-il, pas suffi à rassurer les investisseurs.

Au bancaires, Barclays recule nettement aussi, de 5,4%, après avoir annoncé qu‘elle dépenserait un milliard de livres (1,4 milliard d‘euros) pour isoler ses activités de banque de détail de ses activités plus risquées, ce qui l‘oblige à revoir en hausse ses prévisions de dépenses pour l‘an prochain et à réduire son objectif de rentabilité.

Telecom Italia prend 5,1% après l‘annonce que l‘homme d‘affaires français Xavier Niel a pris une participation dans son capital. Le fondateur d‘Iliad détient 6% d‘actions ordinaires de l‘opérateur et potentiellement 5% supplémentaires via des contrats dérivés, selon une source au fait du dossier.

Atul Prakash et Danilo Masoni, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below