9 octobre 2015 / 11:30 / dans 2 ans

Les Bourses européennes toujours en nette hausse à la mi-séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont toujours en nette hausse vendredi à la mi-séance, portées par le sentiment que la perspective d‘un relèvement des taux d‘intérêt aux Etats-Unis s‘éloigne dans le temps, par le vif rebond des cours des matières premières, zinc en tête.

Les Bourses européennes sont toujours en nette hausse vendredi à la mi-séance. À Paris, le CAC 40 gagne 1,09% à 4.727,00 points vers 11h00 GMT. À Francfort, le Dax avance de 1,22% et à Londres, le FTSE de 1,05%. /Photo d'archives/REUTERS/Lisi Niesner

À Paris, l‘indice CAC 40 gagne 1,09% (+51,09 points) à 4.727,00 points vers 11h00 GMT. À Francfort, le Dax avance de 1,22% et à Londres, le FTSE de 1,05%. L‘indice paneuropéen FTSEurofirst 300 prend 0,82% et l‘EuroStoxx 50 de la zone euro 1,12%.

A Wall Street, où le Dow Jones aligne cinq hausses consécutives, les futures sur indices new-yorkais signalent encore une ouverture en légère progression.

Avec le goût retrouvé pour le risque des investisseurs, seuls les actifs jugés sûrs perdent du terrain, tels le Bund allemand, le franc suisse et le dollar. Ce dernier est en outre plombé par la possibilité de voir la Réserve fédérale attendre 2016 avant de procéder à son premier tour de vis monétaire en près de 10 ans.

Des chiffres de l‘emploi nettement inférieurs aux attentes du mois de septembre, publiés début d‘octobre, avaient déjà conduit nombre d‘acteurs de marché à exclure une hausse des taux cette année alors que, à l‘issue de la réunion de politique monétaire des 16 et 17 septembre, tout le monde avait été pris de court en apprenant que la Fed ne les relèverait pas.

La publication jeudi du compte-rendu de cette réunion a conforté, aux yeux des intervenants de marché, l‘hypothèse d‘un statu quo jusqu‘à la fin 2015, puisque la banque dit qu‘il vaut mieux s‘assurer que l‘économie américaine est capable de résister au ralentissement de la conjoncture mondiale avant d‘agir sur les taux.

“Les ”minutes“ de la Fed suggèrent qu‘elle prendra son temps avant de remonter les taux. On peut encore se demander si elle le fera en décembre ou au début de 2016, mais la position de la Fed semble suffire à faire remonter les Bourses mondiales après un troisième trimestre désastreux”, a estimé Philippe Gijssels, chargé de la recherche chez BNP Paribas Fortis Global Markets.

L‘indice regroupant les valeurs européennes liées aux matières premières inscrit la plus forte hausse sectorielle, avec un bond de 4,68%, suivi de l‘automobile (+1,97%) et du secteur énergétique (+1,71%).

Ces trois secteurs avaient été les principaux responsables de la chute des Bourses européennes au troisième trimestre, leur plus mauvaise performance trimestrielle en quatre ans. Depuis le début de la semaine, ils sont respectivement en hausse de 18,3%, 10,7% et 12,6%.

Le cours du zinc gagne plus de 12% après que Glencore, une des plus fortes du Stoxx 600 avec un gain de 11%, a annoncé son intention de baisser d‘un tiers sa production annuelle. Les cours du cuivre, de l‘aluminium et du nickel prennent 4 à 6%.

Le pétrole progresse de son côté de 1,5 à 2,5%, se dirigeant vers sa meilleure performance hebdomadaire en six ans.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Juliette Rouillon

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below