31 juillet 2015 / 08:36 / il y a 2 ans

Recul inattendu au Japon des dépenses des ménages

Les dépenses des ménages ont chuté de manière inattendue et l'inflation a calé en juin au Japon, renforçant la probabilité d'une contraction de l'économie de l'archipel sur la période avril-juin et fragilisant l'hypothèse de la Banque du Japon (BoJ) d'une reprise solide sur le trimestre en cours. /Photo prise le 29 juillet 2015/Yuya Shino

TOKYO (Reuters) - Les dépenses des ménages ont chuté de manière inattendue et l'inflation a calé en juin au Japon, renforçant la probabilité d'une contraction de l'économie de l'archipel sur la période avril-juin et fragilisant l'hypothèse de la Banque du Japon (BoJ) d'une reprise solide sur le trimestre en cours.

Selon les données publiées vendredi par le gouvernement, l'indice d'inflation de base, qui inclut les produits pétroliers mais exclut les produits alimentaires frais, a augmenté de 0,1% en juin, alors que les analystes s'attendaient à une stagnation.

Mais les prix à la consommation à Tokyo, un indicateur avancé de l'inflation à l'échelle nationale, ont reculé de 0,1% en juillet, enregistrant leur premier repli depuis avril 2013.

Plus inquiétant, alors qu'une hausse de 1,7% sur en an des dépenses des ménages était attendue en juin, elles ont diminué de 2%, après une progression de 4,8% en mai.

Si le gouvernement estime que la météo pluvieuse a découragé les consommateurs, la faible demande sur les marchés automobile et résidentiel suggère que l'élévation du coût de la vie entame la volonté d'effectuer des achats d'importance.

Ces données mitigées, qui entrent dans le calcul du produit intérieur brut (PIB), confortent l'hypothèse d'une contraction de l'économie au deuxième trimestre.

Elles fragilisent également le scénario optimiste de la BoJ qui compte sur un resserrement du marché du travail pour entraîner les salaires à la hausse et stimuler la consommation, lui permettant ainsi d'atteindre son objectif de redresser l'inflation vers 2% d'ici le mois de septembre 2016.

Même si de nombreux analystes tablent comme la BoJ sur un rebond de l'activité au troisième trimestre, l'incertitude demeure sur l'ampleur de la reprise dans un contexte de demande mondiale timide, en particulier en Asie.

Faute de reprise de la consommation, la BoJ pourrait donc être contrainte de procéder à nouvel assouplissement de sa politique monétaire, déjà très accommodante, d'ici la fin de l'année, préviennent certains analystes.

"Si la BoJ devait mettre en oeuvre un nouvel assouplissement cette année, cela serait probablement en réaction à la faiblesse de l'économie plutôt qu'en réponse à la faiblesse des chiffres de l'inflation", estime Yoshiki Shinke, économiste en chef à l'institut de recherche de l'assureur Dai-ichi Life.

Leika Kihara, avec Eric Meijer, Myriam Rivet pour le service français, édité par Benoît van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below