13 juillet 2015 / 16:18 / il y a 2 ans

Séance de hausse vigoureuse pour les Bourses européennes

LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont connu lundi une séance de hausse vigoureuse après la conclusion d'un accord entre la Grèce et ses partenaires européens censé permettre le déblocage d'une nouvelle aide à ce pays et son maintien dans la zone euro.

L'optimisme des investisseurs reste néanmoins mesuré car la mise en oeuvre de cet accord, qui impose à la Grèce un ensemble de nouvelles mesures d'austérité et de libéralisation de son économie, reste confrontée à de nombreux écueils politiques, en particulier à Athènes où le Parlement dominé par la gauche anti-austérité doit se prononcer d'ici mercredi.

À Paris, le CAC 40 a gagné 1,94% (95,03 points) à 4.998,10 points. Le Footsie britannique a pris 0,97% et le Dax allemand 1,49%, tandis que l'indice FTSEurofirst 300 a avancé de 1,85% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro de 1,75%.

Pour ce dernier, qui a touché un plus haut de deux semaines, le rebond est d'environ 9% depuis la clôture de mardi, qui a précédé l'envoi par le gouvernement grec de nouvelles propositions en vue d'un accord.

La Bourse d'Athènes est quant à elle fermée depuis le 26 juin en raison du contrôle des capitaux instauré en Grèce.

Les informations en provenance d'Europe contribuent aussi à soutenir la tendance à Wall Street, où les trois grands indices gagnent environ 1%.

Tous les indices sectoriels européens ont terminé dans le vert. Le secteur bancaire s'est notamment illustré avec un gain de 2,34% alimenté par la progression des titres Deutsche Bank (+3,33%), Société Générale (+2,6%)ou encore BNP Paribas (+2,35%), qui figurent tous trois parmi les plus fortes hausses de l'EuroStoxx 50.

Contre la tendance, BMW subit la seule baisse de l'EuroStoxx 50 (-0,24%) en raison des difficultés de son partenaire en Chine, Brilliance China Automotive, qui attend une baisse de 40% de son bénéfice au premier semestre.

Les doutes persistants sur la viabilité de l'accord sur la Grèce ont contribué à rendre l'euro volatil, à 1,1024 dollar (-1,24%) après avoir frôlé 1,12, et ont limité les mouvements sur les obligations souveraines des pays de la zone euro.

Bertrand Boucey pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below