25 novembre 2014 / 14:28 / il y a 3 ans

Le futur PDG d'EDF prône des hausses de tarifs plus rapides

EDF souffre de retards de hausses de tarifs de l'électricité en France et a besoin d'un "rééquilibrage" en la matière, a déclaré mardi Jean-Bernard Lévy, son PDG désigné. /Photo d'archives/Vincent Kessler

PARIS (Reuters) - EDF souffre de "retards préoccupants" en matière de hausses de tarifs en France et a besoin d'un "rééquilibrage" dans ce domaine pour assainir sa situation économique, a déclaré mardi Jean-Bernard Lévy, son futur PDG.

Jean-Bernard Lévy, qui était auditionné au Sénat et à l'Assemblée nationale, a été désigné ce week-end PDG d'EDF par intérim en remplacement d'Henri Proglio avant sa nomination officielle, prévue mercredi en conseil des ministres.

"Le premier enjeu à mes yeux, c'est d'assainir, d'améliorer la situation économique du groupe EDF. Nous constatons aujourd'hui des retards préoccupants sur les trajectoires réelles des tarifs par rapport aux trajectoires qui avaient pourtant été convenues avec l'Etat", a-t-il dit, en évoquant à la fois les tarifs de détail et les tarifs de gros.

"Ces écarts conduisent EDF à augmenter sans cesse sa dette (...) A mes yeux, un rééquilibrage tarifaire s'impose", a ajouté Jean-Bernard Lévy, rappelant que le groupe devait chaque année s'endetter pour payer son dividende.

L'Etat français détient 84,5% du capital d'EDF.

Le patron, qui estime "indispensable la remontée du niveau des tarifs", prône également une "stabilisation, ou en tout cas une mise sous contrôle" de la CSPE, la taxe qui sert notamment à financer le développement des renouvelables, "dont la croissance rapide est un souci".

"Je crois que c'est seulement sous cette condition d'un rééquilibrage de son compte d'exploitation en France qu'EDF pourra rester l'un des tout premiers énergéticiens mondiaux. Je reconnais que c'est un objectif difficile, mais il me semble que c'est un objectif primordial", a-t-il ajouté.

"Il y a bien sûr de la part de tout gouvernement (...) des réticences à augmenter les tarifs, même si les calculs en montrent la nécessité (...) S'il n'y a pas des augmentations de tarifs qui permettent d'engager les investissements qui sont nécessaires, nous aurons à faire des choix."

"OPTIMISER" LE COÛT DE L'EPR

Les tarifs réglementés de l'électricité en France ont augmenté de 2,5% pour les particuliers le 1er novembre en vertu d'une nouvelle formule de calcul qui prend en compte les prix du marché de gros, et pas seulement l'évolution des coûts d'EDF, alors que l'Etat avait dans un premier temps prévu une hausse de 5% en août.

Le prix auquel EDF doit revendre à ses concurrents une partie de son électricité d'origine nucléaire (Arenh) n'augmentera pas le 1er janvier 2015 et restera donc maintenu à 42 euros par mégawatt/heure (MWh), a par ailleurs annoncé l'exécutif le 4 novembre.

Jean-Bernard Lévy a aussi estimé que le programme d'investissement d'EDF dans son parc nucléaire français, pour allonger la durée de vie des centrales, entraînerait "des bénéfices économiques majeurs".

Il a en outre indiqué qu'il souhaitait "améliorer le partenariat" entre EDF et Areva, "optimiser" le coût des réacteurs nucléaires de nouvelle génération EPR et proposer "une offre claire" en matière de réacteurs de moyenne puissance.

Il a notamment évoqué sa volonté de tourner la page avec Areva "sur une période d'hostilité" et confirmé que le dernier retard en date dans la mise en service de l'EPR de Flamanville (Manche) se traduirait certainement par des surcoûts par rapport aux 8,5 milliards prévus dans les dernières estimations.

Jean-Bernard Lévy souhaite également préciser les objectifs d'EDF à l'international, notamment en Chine, et recentrer les efforts du groupe sur "quelques pays réellement stratégiques".

Il promet en outre pour EDF "un projet de transformation" impliquant "un effort de transparence" et de prospective.

Le dirigeant a également estimé que le projet de loi sur la transition énergétique, qui prévoit de réduire la part du nucléaire en France, était pour EDF une opportunité pour innover, pour développer "de nouveaux savoir-faire, de nouveaux produits et de nouveaux services".

Le groupe doit être un acteur important des nouveaux services énergétiques, notamment à travers Dalkia, et se développer encore dans les renouvelables, a aussi souligné Jean-Bernard Lévy.

Edité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below