19 novembre 2014 / 15:23 / dans 3 ans

Gemalto prêt à des acquisitions pour accélérer

Le directeur général de Gemalto Olivier Piou a déclaré à Reuters que le groupe envisageait des acquisitions pour accélérer son plan de croissance qui vise un doublement du résultat des activités opérationnelles à l'horizon 2017. /Photo d'archives/REUTERS/John Schults

PARIS (Reuters) - Gemalto envisage des acquisitions pour accélérer son plan de croissance qui vise un doublement du résultat des activités opérationnelles à l‘horizon 2017, a déclaré à Reuters son directeur général Olivier Piou.

Le spécialiste de la sécurité numérique, qui a connu un mois d‘octobre agité à la suite de plusieurs annonces d‘Apple, affiche sa sérénité, confirmant cet objectif de moyen terme de même que ses prévisions pour 2014.

“Nous regardons des choses pour accélérer le plan”, a déclaré Olivier Piou dans le cadre d‘un entretien, sans identifier les cibles potentielles.

Le dirigeant a précisé que ces éventuelles acquisitions seraient plus petites que le rachat en août de l‘américain Safenet pour lequel Gemalto a “cassé sa tirelire” en déboursant 890 millions de dollars (environ 667 millions d‘euros), soit sa plus grosse acquisition depuis la fusion qui lui a donné naissance en 2006.

La société peut compter sur un bilan solide en dépit de la dette contractée pour le rachat de Safenet. Elle se déterminera en fonction de la capacité de ses éventuelles cibles à lui permettre d‘atteindre plus vite les objectifs de son plan stratégique qui veut capitaliser sur le besoin croissant de sécurité dans l‘univers en pleine expansion du numérique.

“Notre business croît structurellement car les marchés sur lesquels nous sommes sont en pleine expansion. Plus les usages du numérique se multiplient et plus on a besoin de confiance”, a souligné le DG dont le groupe a été récemment chahuté en Bourse face aux inquiétudes suscitées par des annonces d‘Apple.

La marque à la pomme a dévoilé le mois dernier un service de paiement sécurisé baptisé Apple Pay conçu à partir de la technologie sans contact NFC, faisant craindre une concurrence accrue pour Gemalto dans le paiement sécurisé.

OPPORTUNITÉS

Apple a aussi annoncé l‘intégration sur ces nouveaux iPads d‘une carte SIM concurrente de celle habituellement fournie par les opérateurs télécoms qui s‘approvisionnent notamment auprès de Gemalto.

L‘action de la société basée à Amsterdam, également pénalisée par un troisième trimestre inférieur aux attentes, accuse une baisse de plus de 18% depuis le début de l‘année.

Olivier Piou fait pourtant valoir que les dernières innovations d‘Apple constituent une opportunité pour son groupe plutôt qu‘une menace.

Conforté par la machine Apple, le NFC pourrait enfin prendre son envol après des mois d‘incertitudes, ce qui bénéficiera par ricochet à Gemalto, souligne notamment le DG.

Si le paiement mobile est en forte expansion, il ne constitue aujourd‘hui qu‘une part minime des paiements mondiaux qui restent à 85% réalisés en cash, le reste (15%) se faisant par voie électronique, principalement grâce aux cartes bancaires mais aussi de plus en plus via internet, relativise également Olivier Piou.

Le groupe a déjà connu par le passé des mouvements de yo-yo en Bourse mais l‘expérience reste “désagréable”, explique le DG qui pointe du doigt les fonds pariant à la baisse sur Gemalto.

Selon des données Markit, Gemalto est la société de l‘indice CAC 40 qui affiche le niveau le plus élevé de ventes à découvert, qui ont représenté entre 20% et 25% du total de ses titres en circulation cette année.

Avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below