16 octobre 2014 / 15:03 / il y a 3 ans

Accord en vue à Air France avec les syndicats sur Transavia

Air France a mis au point avec les syndicats un texte sur l'avenir de Transavia, la filiale low cost du groupe Air France-KLM. La direction de la compagnie aérienne et les instances de représentation du personnel n'avaient pas réussi jusqu'ici à s'accorder sur les modalités de développement de cette filiale et le conflit avait déclenché une grève des pilotes de 14 jours en septembre. /Photo prise le 5 août 2014/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - Air France a annoncé jeudi être parvenu à mettre au point avec les syndicats un texte au sujet de l'avenir de Transavia, la filiale low cost du groupe Air France-KLM.

Jusqu'ici, la direction de la compagnie aérienne et les instances de représentation du personnel n'avaient pas réussi à s'accorder sur les modalités de développement de cette filiale et le conflit avait déclenché une grève des pilotes longue de 14 jours en septembre.

"Air France et les syndicats représentatifs de pilotes viennent de finaliser un texte concernant le développement de Transavia France" explique Air France dans un communiqué.

"Ce texte sera présenté le vendredi 17 octobre au Conseil du Syndicat national des pilotes de ligne Air France Alpa. Il sera ensuite soumis à référendum en vue d'une signature à la mi-novembre. Le SNPL Transavia a également été associé aux discussions."

Air France précise que les pilotes affectés à Transavia France "seront employés aux conditions d'exploitation et de rémunération de cette compagnie, afin de garantir sa compétitivité, ainsi que son développement en complémentarité avec le réseau Air France."

Par ailleurs, les pilotes d'Air France affectés à Transavia France disposeront de deux contrats de travail coexistants (Transavia France et Air France).

"Toute évolution future des conditions de travail et de rémunération de Transavia France devra recueillir l'accord du SNPL Air France Alpa et du SNPL Transavia, ce qui correspond là encore à une attente forte des pilotes", poursuit le texte.

A l'issue de la grève, Air France avait menacé de créer une compagnie soeur de Transavia France si aucun accord n'était trouvé avec ses pilotes pour le développement de sa filiale à bas coûts.

La compagnie française a fait du développement du low cost un axe prioritaire pour affronter la concurrence de groupes comme EasyJet ou Ryanair.

Face à la fronde des pilotes, qui revendiquaient un contrat unique pour l'ensemble des compagnies du groupe, Air France a été contraint fin septembre d'abandonner son projet de Transavia Europe au profit de Transavia France.

Le coût total de la grève pourrait, selon Air France, atteindre 500 millions d'euros.

Matthias Blamont, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below