for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Rome s'attaque aux risques juridiques de Monte Paschi en vue de sa privatisation

ROME (Reuters) - Le Trésor italien travaille sur un ensemble de mesures destinées à faciliter la privatisation de la banque publique Monte dei Paschi (MPS), y compris les litiges en cours qui entravent sa vente, ont déclaré à Reuters trois sources proches du dossier.

Le Trésor italien travaille sur un ensemble de mesures destinées à faciliter la privatisation de la banque publique Monte dei Paschi (MPS), y compris les litiges en cours qui entravent sa vente. /Photo d'archives/REUTERS/Max Rossi

Malgré les critiques de l’opposition et des syndicats, Rome a décidé d’aller de l’avant dans son projet de réduction de sa participation de 68% dans Monte dei Paschi, acquise lors du renflouement de la banque en 2017.

La banque toscane, victime d’années de mauvaise gestion, fait face à la fronde d’actionnaires qui ont engagé des actions en justice et réclament 10 milliards d’euros.

Monte dei Paschi, dont la capitalisation boursière est tombée à 1,3 milliard d’euros, a besoin d’au moins deux milliards de liquidités, selon des sources, la banque ayant annoncé que ses réserves de capital laissent présager un manque de fonds propres.

Deux sources ont indiqué la semaine dernière à Reuters que le Trésor avait lancé la procédure de recrutement des banques conseil et des cabinets d’avocats d’affaire dans le cadre de ce projet de privatisation. Ils ont jusqu’au mardi pour déposer leurs dossiers, une décision étant ensuite attendue dans un délai d’une semaine.

Selon ces sources, le Trésor étudie un projet visant à transférer les risques juridiques de la banque à une autre entité publique. La banque a provisionné près d’un milliard d’euros pour couvrir ces risques.

Le Trésor, qui a déjà débloqué 1,5 milliard d’euros pour venir en aide à MPS, devrait encore mettre la main au portefeuille pour combler le déficit de capital qui s’ensuivrait.

Sollicité, le Trésor n’a fait aucun commentaire.

Fintecna, une holding financière contrôlée par la banque publique Cassa Depositi e Prestiti (CDP), est vue comme la probable entité où pourraient être transférés les risques juridiques de MPS. Selon l’une des sources, Rome envisage aussi la création pure et simple d’une nouvelle entité ad hoc.

Rome a par ailleurs inclus dans son projet de budget 2021 un dispositif fiscal incitatif pour le repreneur potentiel de Monte Paschi.

La décision n’a pas encore été arrêtée et des discussions sont en cours pour trouver une solution qui n’enfreigne pas les règles de l’UE en matière d’aide publique, a précisé cette source.

version française Claude Chendjou, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up