for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Grande-Bretagne: Bombardier soupçonné de corruption dans la vente d'avions à Garuda

(Reuters) - Les services anti-corruption britanniques ont annoncé jeudi l’ouverture d’une enquête sur Bombardier soupçonné de corruption dans le cadre d’un contrat de vente d’avions à la compagnie aérienne indonésienne Garuda Indonesia.

Les services anti-corruption britanniques ont annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête sur Bombardier soupçonné de corruption dans le cadre d'un contrat de vente d'avions à la compagnie aérienne indonésienne Garuda Indonesia. /Photo d'archives/REUTERS/Peter Nicholls

Le groupe industriel canadien est ainsi à son tour dans le viseur du Serious Fraud Office (SFO), qui a déjà conclu dans des affaires similaires des accords à l’amiable avec Airbus et le motoriste aéronautique britannique Rolls-Royce.

“Le SFO a ouvert une enquête sur Bombardier Inc pour corruption présumée en relation avec des contrats et / ou des commandes de Garuda Indonesia”, a déclaré l’agence jeudi, sans fournir plus de détails.

À Montréal, Bombardier a déclaré avoir été informé de l’ouverture de cette enquête il y a plusieurs semaines et qu’il coopérerait.

Le titre Bombardier, qui a également publié ses résultats jeudi, a perdu jusqu’à 3% à la Bourse après cette annonce du SFO. Il a clôturé en baisse de 1,7%.

Cette affaire porte notamment sur l’acquisition et la location en leasing par Garuda d’avions CRJ1000 en 2011-2012.

Irfan Setiaputra, l’actuel directeur général de Garuda, a déclaré également vendredi que la compagnie entendait coopérer dans le cadre de cette enquête.

Un tribunal indonésien a condamné en mai dernier Emirsyah Satar, directeur général de Garuda de 2005 à 2014, à huit ans de prison pour corruption et blanchiment d’argent dans le cadre de l’achat d’appareils et de moteurs à Airbus et Rolls-Royce.

En 2017, Rolls-Royce a accepté de payer plus de 800 millions de dollars pour mettre fin aux poursuites du SFO et de la justice américaine dans le cadre d’affaires de corruption dans six pays.

Airbus a pour sa part accepté au début de l’année de payer 4,0 milliards de dollars afin de mettre également un terme à des poursuites engagées pour corruption par le Royaume-Uni, la France et les Etats-Unis dans des affaires remontant à plus de 15 ans.

Yadarisa Shabong à Bangalore, Kirstin Ridley àLondres, Allison Lampert à Montréal, Tim Hepher à Paris, Bernadette Christina Munthe à Jakarta; rédigé par Kirstin Ridley et Tim Hepher; version française Jean-Michel Bélot, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up