for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Wall Street ouvre en baisse, les technologiques pèsent

La Bourse de New York a ouvert en baisse vendredi. L'indice Dow Jones perd 0,37%, à 26.559,52. Le Standard & Poor's 500, plus large, recule de 0,39% et le Nasdaq Composite cède 0,71%. /Photo prise le 26 octobre 2020/REUTERS/Mike Segar

PARIS (Reuters) - La Bourse de New York a ouvert en baisse vendredi, freinée par les annonces jugées décevantes d’Apple, Amazon et Facebook, trois des principales capitalisations du secteur des hautes technologies, ainsi que par les chiffres records de l’épidémie de coronavirus aux Etats-Unis.

Quelques minutes après le début des échanges, l’indice Dow Jones perd 99,59 points, soit 0,37%, à 26.559,52. Le Standard & Poor’s 500, plus large, recule de 0,39% à 3.297,21 et le Nasdaq Composite cède 0,71% à 11.105,66.

Ce dernier souffre entre autres de la baisse de 3,6% d’Apple, le recul le plus marqué du Dow Jones, le marché sanctionnant des ventes d’iPhone inférieures aux attentes sur les trois derniers mois.

Amazon perd pour sa part 2,6% après avoir expliqué s’attendre à une augmentation des dépenses liées à la pandémie de coronavirus au cours des derniers mois de l’année, généralement fastes pour le commerce en ligne.

Facebook (-2,69%) souffre pour sa part des déclarations de ses dirigeants sur les perspectives 2021, le premier réseau social du monde s’attendant à une année plus difficile que prévu initialement.

Plus durement sanctionné encore, Twitter chute de 14,92% après un nombre décevant de nouveaux utilisateurs.

Au-delà des résultats des sociétés cotées, les investisseurs sont préoccupés par la situation sanitaire aux Etats-Unis, après le nouveau record de cas d’infections par le coronavirus enregistrés en 24 heures, à 91.248 jeudi, une journée marquée en outre par plus de 1.000 morts.

Les incertitudes politiques à quatre jours des élections pèsent également sur la tendance tout en alimentant la volatilité. L’indice Vix du CBOE, à 37,02, reste élevé même s’il a reflué après le pic de quatre mois et demi inscrit jeudi à 41,16.

A contre-courant de la tendance dominante, Alphabet, la maison mère de Google, gagne 7,18% après une croissance supérieure aux attentes sur juillet-septembre.

Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up