for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Taiwan valide le très incertain projet de rachat de Tiffany par LVMH

Les autorités taiwanaises de la concurrence ont donné mardi soir leur feu vert au projet d'acquisition du joaillier américain Tiffany par le géant français du luxe LVMH, un mariage aujourd'hui au coeur d'une bataille juridique entre les deux fiancés. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes

PARIS (Reuters) - Les autorités taiwanaises de la concurrence ont donné mardi soir leur feu vert au projet d’acquisition du joaillier américain Tiffany par le géant français du luxe LVMH, un mariage aujourd’hui au coeur d’une bataille juridique entre les deux fiancés.

Il ne manque désormais plus qu’une seule des dix autorisations anti-trust requises, celle de l’Union européenne, attendue pour la fin octobre.

Le groupe de Bernard Arnault a annoncé le 9 septembre dernier qu’il ne pouvait plus “en l’état” boucler l’acquisition de Tiffany, évoquant notamment la gestion du joaillier pendant l’épidémie et une demande du ministère français des Affaires étrangères de différer le mariage “en réaction à la menace de taxes sur les produits français formulée par les Etats-Unis”.

Tiffany a riposté en portant l’affaire devant la justice, accusant LVMH de violer ses engagements en se retirant ainsi du projet; LVMH en a fait de même en arguant que la mauvaise gestion du joaillier pendant la pandémie de coronavirus l’autorisait à abandonner le projet de rachat à 16 milliards de dollars (13,7 milliards d’euros).

Un procès sur le litige opposant les deux sociétés est prévu pendant quatre jours à compter du 5 janvier prochain devant un tribunal du Delaware.

Henri-Pierre André

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up