for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

L'Europe rebondit avec les banques avant le rapport sur l'emploi US

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes se redressent vendredi soutenues par les valeurs bancaires au lendemain d’une séance plombée par le repli brutal de Wall Street, en attendant le rapport mensuel sur l’emploi américain.

Les principales Bourses européennes se redressent vendredi. À Paris, l'indice CAC 40 prend 0,54% vers 08h10 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,2% et à Londres, le FTSE s'octroie 0,47%. /Photo d'archives/REUTERS/Christian Hartmann

À Paris, l’indice CAC 40 prend 0,54% à 5.036,35 points vers 08h10 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,2% et à Londres, le FTSE s’octroie 0,47%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro affiche un gain de 0,3%, le FTSEurofirst 300 monte de 0,41% et le Stoxx 600 de 0,45%.

Les places européennes ont fini en net repli jeudi, affectées par les prises de bénéfices à Wall Street en particulier sur les valeurs technologiques.

“Il n’y a pas eu de véritable raison à ce ‘sell-off’ à part, peut-être, une prise de conscience des investisseurs que les valeurs technologiques (surtout) étaient montées trop haut, trop vite (...) et un probable ‘emballement’ des algorithmes avant un long week-end de 3 jours”, a déclaré John Plassard chez Mirabaud.

Wall Street sera fermée lundi pour la journée fériée du Labor Day.

La publication, à 12h30 GMT, du rapport mensuel du département du Travail aux Etats-Unis devrait également alimenter la prudence des investisseurs.

Le consensus Reuters table sur un ralentissement des créations de postes à 1,4 million pour le mois d’août après 1,763 million de juillet et sur une baisse du taux de chômage à 9,8% après 10,2% le mois précédent.

En attendant, le marché a pris connaissance d’une augmentation plus faible que prévu des commandes à l’industrie en Allemagne, de 2,8% en juillet contre 5,0 attendu par le consensus Reuters.

LES VALEURS

En tête du Stoxx 600, Bankia grimpe de 29,84% et Caixabank de 13,19% après avoir annoncé jeudi soir être en discussion sur une fusion pouvant donner naissance à la première banque d’Espagne.

Dans leur sillage, le compartiment bancaire gagne 2,16%, la plus forte hausse sectorielle. Sabadell et Santander prennent respectivement 11,55% et 4,08% à Madrid tandis que BNP Paribas (+3,06%), Société générale (+3,78%) et Crédit agricole (+2,75%) figurent parmi les premières places du CAC 40 à Paris.

La plus forte progression revient à Renault, qui gagne 5,83%.

Après avoir déjà perdu 3,76% jeudi, l’indice Stoxx de la technologie continue de reculer (-0,19%) à la suite des prises de profits sur le secteur aux Etats-Unis.

Pernod Ricard, lanterne rouge du CAC 40, abandonne 1,58% en raison d’un abaissement de recommandation de Citi à “neutre”.

Veolia perd 0,5%, le président du conseil d’administration d’Engie (+0,25%) ayant fait savoir que le prix proposé par le leader mondial des services à l’environnement pour la partipation de l’énergéticien dans Suez (+0,77%) était insuffisante.

A WALL STREET

Wall Street a clôturé en forte baisse jeudi après avoir enchaîné les records, les investisseurs ayant pris des bénéfices sur le secteur technologique tandis que les indicateurs ont mis en évidence les incertitudes sur le rythme de la reprise.

L’indice Dow Jones a cédé 2,78% à 28.292,73 points, le S&P-500 a perdu 3,51% à 3.455,06 points et le Nasdaq Composite a reculé de 4,96% à 11.458,101 points.

Facebook, Amazon, Microsoft, Alphabet et Apple ont perdu entre 3,76% et 8%.

Ces cinq actions, représentant environ un quart de la valeur boursière du S&P 500, ont été à l’origine du rebond du marché après le point bas atteint en mars à la suite de la pandémie.

Les indicateurs américains ont par ailleurs déçu: la croissance du secteur des services a ralenti en août et les inscriptions au chômage, bien qu’en net recul, restent élevées.

Les contrats à terme sur indices suggèrent une ouverture vendredi en hausse d’au moins 0,2% pour le Dow Jones et le S&P-500 mais en repli de 0,4% pour le Nasdaq.

EN ASIE

Les marchés asiatiques ont terminé la journée en baisse dans le sillage de la correction de Wall Street.

A Tokyo, l’indice Nikkei a baissé de 1,11% au lendemain d’un plus haut depuis le 21 février.

En Chine, le CSI300 des grandes capitalisations a perdu 0,97% et l’indice composite de Shanghai 0,87%.

CHANGES

L’indice dollar, qui mesure les variations de la monnaie américaine face un panier d’autres devises de référence, est stable en attendant les chiffres sur l’emploi aux Etats-Unis.

L’euro baisse un peu, à 1,1839 dollar. La monnaie unique a reculé jeudi sous 1,18 dollar pour la première fois en une semaine en raison des craintes exprimées par des responsables de la BCE sur son renchérissement après avoir dépassé le seuil de 1,20 mardi.

TAUX

Sur le marché obligataire, le rendement des Treasuries à dix ans gagne plus de deux points de base à 0,651%, après avoir touché un creux de trois semaines jeudi à 0,604% en réaction à la chute des actions américaines.

Le dix ans allemand, la référence pour la zone euro, varie peu dans les premiers échanges, autour de -0,477%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier remonte mais s’achemine vers sa plus forte baisse hebdomadaire depuis juin, pénalisé par la faiblesse de la demande.

Le baril de Brent se traite à 44,22 dollars (+0,3%), après être tombé la veille à un plus bas d’un mois à 43,15, et le baril de brut léger (WTI) est à 44,22 dollars (+0,4%).

Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up