for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

L'Allemagne anticipe pour 2020 une récession moins violente que prévue, à -5,8%

L'impact de la pandémie de coronavirus sur l'économie allemande devrait être moins violent que prévu, le gouvernement tablant désormais sur une récession de 5,8% du PIB contre -6,3% dans ses précédentes prévisions, datant d'avril, selon deux sources contactées mardi par Reuters. /Photo d'archives/REUTERS/Leonhard Foeger

BERLIN (Reuters) - L’impact de la pandémie de coronavirus sur l’économie allemande devrait être moins violent que prévu, le gouvernement tablant désormais sur une récession de 5,8% du PIB contre -6,3% dans ses précédentes prévisions, datant d’avril.

Pour 2021, le ministre de l’Economie Peter Altmaier anticipe à présent une croissance de 4,4% contre 5,2% dans ses précédentes estimations.

L’économie allemande retrouvera début 2022 le niveau qui était le sien avant le début de la pandémie, a-t-il ajouté.

Sur la base de ces nouvelles prévisions, la crise de 2020 due au coronavirus ne serait que légèrement plus forte que la crise financière de 2009, quand le produit intérieur brut de la première puissance économique européenne avait reculé de 5,7%.

Les exportations allemandes devraient refluer de 12,1% cette année avant de reprendre 8,8% l’année prochaine, a poursuivi Altmaier. Quant à la consommation des ménages allemands, elle devrait reculer de 6,9% cette année avant de se redresser de 4,7% en 2021.

“Nous avons réussi à limiter l’impact de la pandémie sur notre économie”, a-t-il dit.

Peter Altmaier a par ailleurs indiqué qu’il ne s’attendait pas à ce que l’Allemagne ordonne de nouveaux confinements sur le modèle des mesures strictes prises en mars et avril pour endiguer la progression du coronavirus.

Thomas Seythal, Michael Nienaber et Christian Krämer; version française Henri-Pierre André, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up