for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Alstom prêt à céder des actifs pour que l'UE valide le rachat du rail de Bombardier

Des trains à grande vitesse d'Alstom et Bombardier à Berlin. Le groupe français Alstom est prêt à céder des actifs pour s'assurer du feu vert des autorités de la concurrence de l'Union européenne (UE) à son projet d'acquisition des activités de construction ferroviaire du canadien Bombardier, selon des sources au fait du dossier. /Photo d'archives/REUTERS/Fabrizio Bensch

BRUXELLES (Reuters) - Le groupe français Alstom est prêt à céder des actifs pour s’assurer du feu vert des autorités de la concurrence de l’Union européenne (UE) à son projet d’acquisition des activités de construction ferroviaire du canadien Bombardier, selon des sources au fait du dossier.

Selon ces sources, les deux groupes sont convaincus de disposer d’un dossier solide avec peu d’activités redondantes, même si les autorités européennes venaient à juger insuffisantes les concessions qu’ils sont prêts à consentir pour garantir la concurrence, ce qui se traduirait alors par l’ouverture d’une enquête de quatre mois.

Cette opération d’un montant de 6,2 milliards d’euros annoncée en février donnerait naissance à un nouveau numéro deux mondial dans le rail, mieux armé pour faire face à la concurrence du géant chinois CRRC.

La Commission européenne a mis l’an dernier son veto à un rapprochement dans le ferroviaire entre Alstom et l’allemand Siemens SIEGn.DE - au grand dam de la France - et s’est également opposée à un rapprochement des activités ferroviaires de Bombardier et Siemens en 2017.

Foo Yun Chee, version française Myriam Rivet, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up