for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Condamné en appel sur le Levothyrox, Merck va en cassation

La Cour d'appel de Lyon a condamné jeudi le groupe pharmaceutique Merck à verser 1.000 euros de dommages et intérêts chacun à plus de 3.000 plaignants pour avoir commis une "faute" en changeant la formule du Levothyrox. /Photo d'archives/REUTERS/Emmanuel Foudrot

PARIS (Reuters) - La Cour d’appel de Lyon a condamné jeudi le groupe pharmaceutique Merck à verser 1.000 euros de dommages et intérêts chacun à plus de 3.000 plaignants pour avoir commis une “faute” en changeant la formule du Levothyrox, son médicament utilisé pour soigner les troubles de la thyroïde.

La cour a estimé que le laboratoire avait commis une faute en n’informant pas les utilisateurs du changement de formule par des mentions clairement lisibles sur l’emballage et la notice du produit, et que cette faute avait causé un préjudice moral, a précisé l’avocat des plaignants, Me Christophe Lèguevaques.

Merck a dit ne pas comprendre la décision de la cour d’appel, qui contredit celle rendue par le tribunal d’instance de Lyon en mars 2019, et annoncé son intention de se pourvoir en cassation.

“Rien n’est définitif car cette décision pourrait être remise en cause par la Cour de cassation. A l’instar de ce qu’avait considéré le juge de première instance, le dispositif d’information mis en place par Merck en 2017 pour le passage de l’ancienne à la nouvelle formule du Levothyrox a bien été ‘pertinent et conforme au cadre réglementaire’,” a déclaré le directeur juridique de Merck en France, Florent Bensadoun.

Plusieurs milliers de personnes se sont plaintes de ressentir des fatigues intenses, des crampes et des vertiges après le changement de formule du médicament il y a trois ans.

Rédaction de Paris

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up