for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Philip Lane (BCE) tempère la portée des récents bons indicateurs économiques

FRANCFORT (Reuters) - Les récentes solides données économiques pourraient ne pas être un bon indicateur de la manière dont la zone euro se remet de la pire crise contemporaine qu’elle a traversée, a déclaré mercredi l’économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE), Philip Lane.

Les récentes solides données économiques pourraient ne pas être un bon indicateur de la manière dont la zone euro se remet de la pire crise contemporaine qu'elle a traversée, a déclaré mercredi l'économiste en chef de la Banque centrale européenne, Philip Lane (photo). /Photo d'archives/REUTERS/Gary He

Ces propos tempèrent l’optimisme né de la publication de statistiques économiques meilleures que prévu en zone euro, à l’instar des indicateurs d’activité PMI et de l’indice Ifo allemand sur le climat des affaires, tous ressortis au-delà des attentes.

Tout en saluant une “amélioration substantielle” des indicateurs de court terme, Philip Lane a souligné qu’ils n’étaient pas un bon guide pour l’avenir et que l’activité devrait rester durablement inférieure au niveau où elle se trouvait avant la crise du coronavirus, en raison notamment de la persistance de certaines mesures de restrictions.

“Les pertes de revenus et l’épargne de précaution continuent de peser sur la consommation”, a-t-il déclaré, ajoutant que la faiblesse de la demande, les tensions sur l’offre et les restrictions liées aux gestes barrières freinaient une normalisation de l’activité économique.

Philip Lane se montre cependant confiant pour l’avenir, notamment en matière d’inflation.

“Les mesures que nous prenons, notamment en matière budgétaire, devraient permettre de maintenir l’inflation en territoire positif”, a-t-il déclaré. “Nous pouvons être plus confiants quant à la possibilité d’échapper à une baisse des prix.”

L’économiste de la BCE pense que le plan de relance de 750 milliards d’euros présenté le mois dernier par la Commission européenne, et en cours de discussion entre les Etats membres de l’UE, devrait avoir un impact majeur sur la rapidité du retour de la confiance.

“Le résultat des négociations sur le fonds de relance de l’UE sera un élément important pour évaluer la trajectoire de l’économie de la zone euro”, a-t-il dit.

Selon lui, la BCE est déterminée à soutenir la reprise et pourrait aller jusqu’à une baisse des taux d’intérêt même si une telle décision pourrait s’avérer inutile.

“Même si nous sommes prêts à réduire les taux directeurs à l’avenir à mesure que les conditions du marché se normalisent et si les perspectives d’inflation à moyen terme le justifient, ces éléments font pencher la balance en faveur des achats d’actifs comme l’outil le plus efficace dans les circonstances actuelles”, a déclaré Philip Lane.

Balazs Koranyi; version française Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up