June 16, 2020 / 10:26 AM / 22 days ago

La Suisse s'attend à connaître sa plus forte contraction économique depuis 1975

ZURICH (Reuters) - L’économie suisse devrait enregistrer en 2020 son plus fort déclin depuis des décennies, en raison des dommages causés par l’épidémie de coronavirus à la production et à l’emploi, a prévenu mardi le gouvernement, tout en reconnaissant que le ralentissement serait moins grave que redouté initialement.

L'économie suisse devrait enregistrer en 2020 son plus fort déclin depuis des décennies, en raison des dommages causés par l'épidémie de coronavirus à la production et à l'emploi, a prévenu mardi le gouvernement, tout en reconnaissant que le ralentissement serait moins grave que redouté initialement. /Photo prise le 4 mai 2020/REUTERS/Denis Balibouse

Selon les prévisions du Secrétariat d’État à l’économie (SECO), le produit intérieur brut (PIB) devrait chuter de 6,2% cette année, ce qui représenterait la plus forte baisse de l’activité économique depuis 1975 et le choc pétrolier.

Le niveau le plus bas devrait être atteint au deuxième trimestre de l’année, précise le SECO.

Le groupe d’experts du gouvernement table sur un taux de chômage de 3,8% pour 2020, en raison de la chute du commerce extérieur et de la consommation des ménages, ainsi que de la lente reprise de l’activité des entreprises après les fermetures imposées pour freiner la propagation du virus.

Ces prévisions sont toutefois moins sombres que celles dévoilées en avril et qui tablaient alors sur un recul de 6,7% du PIB.

“Grâce à la baisse rapide du nombre de cas de Covid-19, l’assouplissement des mesures sanitaires, dès fin avril, a été un peu plus rapide qu’escompté lors des dernières prévisions”, explique le SECO.

Les dernières prévisions du SECO sont aussi nettement plus favorables que celles d’autres pays européens. L’OCDE a dit tabler sur une contraction de 11,5% du PIB britannique cette année, de 11,4% pour la France et de 11,3% pour l’Italie.

Le gouvernement suisse s’attend à que l’économie redémarre progressivement au deuxième semestre de 2020, en l’absence d’une nouvelle vague de l’épidémie susceptible d’entraîner de nouvelles mesures de confinement.

Pour 2021, le SECO table sur une reprise modérée de l’économie suisse avec une croissance de 4,9% du PIB. La reprise du marché du travail sera toutefois lente et le chômage devrait continuer à augmenter pour atteindre 4,1% en 2021.

“L’économie suisse a été assez résistante en comparaison à l’échelle internationale”, estime Gero Jung, économiste en chef de la banque Mirabaud, soulignant la réponse rapide du gouvernement qui a débloqué 60 milliards de francs suisses (55 milliards d’euros) pour faire face à la crise, soit près de 10% du PIB suisse.

Plus de 15 milliards de francs suisses en prêts d’urgence ont aussi été accordés à près de 130.000 entreprises et 37% de la population active a eu recours aux indemnités de chômage partiel.

John Revill, version française Diana Mandiá, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below