for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

USA: La Fed devrait maintenir ses taux à zéro jusqu'en 2021

La Réserve fédérale (en photo) devrait maintenir ses taux à zéro au moins jusqu'en 2021, dit-on chez Allianz GI, où l'on attend pas d'annonce fracassante dans le communiqué de politique monétaire que la banque centrale américaine publiera mercredi. /Photo prise le 1er mai 2020/REUTERS/Kevin Lamarque

PARIS (Reuters) - La Réserve fédérale devrait maintenir ses taux à zéro au moins jusqu’en 2021, dit-on chez Allianz GI, où l’on attend pas d’annonce fracassante dans le communiqué de politique monétaire que la banque centrale américaine publiera mercredi.

La Fed a dégainé un arsenal impressionnant pour lutter contre les dégâts économiques provoqués par la crise du coronavirus, abaissant notamment l’objectif de taux des “fed funds” à 0%-0,25%.

Les investisseurs estiment à près de 91% la probabilité que le comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) laisse la fourchette inchangée cette semaine, selon le baromètre FedWatch de CME Group.

“Nous n’attendons pas d’annonces de mesures additionnelles lors de la prochaine réunion du FOMC, la Fed ayant déjà déployé une multitude d’outils, pour le moment efficaces”, écrit Franck Dixmier, directeur des gestions obligataires chez Allianz GI, dans une note publiée lundi.

La conférence de presse que donnera le président de l’institut d’émission n’en sera pas moins à suivre avec attention, ajoute-t-il.

“Il sera intéressant d’écouter Jerome Powell présenter les anticipations de la Fed sur la croissance, l’inflation et les taux Fed Funds jusqu’en 2022”, écrit-il. “Nous estimons que ceux-ci devraient rester à zéro au moins jusqu’en 2021.”

Le président de la Fed devrait souligner l’ampleur de l’action de la banque centrale tout en affirmant qu’elle conserve des marges de manoeuvre dans un environnement qui demeure incertain, selon Franck Dixmier.

“La confirmation par la Fed de sa volonté d’accompagner à tout prix la reprise de l’économie va conforter les investisseurs dans leur appétit pour le risque, notamment sur le crédit ‘high yield’” écrit-il.

“Nous estimons toutefois qu’il faut rester prudent et sélectif car la vague de défauts, inéluctable, ne s’est pas encore matérialisée.”

Patrick Vignal, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up