for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

"Personne ne peut ignorer le changement climatique", avertissent des banquiers centraux

Les Etats doivent relancer leurs économies mises à mal par l'épidémie de coronavirus en les préparant à la prochaine crise qui s'annonce, celle du changement climatique, ont déclaré vendredi les gouverneurs des banques centrales française et britannique, François Villeroy de Galhau (photo) et Andrew Bailey. /Photo d'archives/REUTERS/Mike Theiler

LONDRES (Reuters) - Les Etats doivent relancer leurs économies mises à mal par l’épidémie de coronavirus en les préparant à la prochaine crise qui s’annonce, celle du changement climatique, ont déclaré vendredi les gouverneurs des banques centrales française et britannique.

“Si nous n’agissons pas dès maintenant, la crise climatique sera le scénario central de demain et, contrairement au COVID-19, personne ne pourra y échapper”, avertissent le britannique Andrew Bailey et son homologue français, François Villeroy de Galhau, dans un tribune publiée par le quotidien britannique “The Guardian”.

Selon les deux banquiers centraux, les Etats du monde entier sont encore loin d’atteindre leurs objectifs climatiques, même si la pandémie du coronavirus a démontré qu’une réaction tardive pouvait se révéler extrêmement coûteuse.

“Pour éviter une crise climatique, nous pouvons toutefois prendre dès maintenant des décisions permettant de réduire les émissions polluantes sans que ce soit brutal. Cela nous oblige à être stratégiques. Pour reconstruire sur de meilleures bases”, ont-ils déclaré.

Les banques centrales ont depuis un moment déjà intégré le risque climatique dans les modèles qui leur permettent d’évaluer la solidité du secteur financier.

Un groupe représentant les banquiers centraux et les régulateurs - le Réseau pour un système financier plus vert (NGFS) - publiera dans les prochaines semaines des scénarios climatiques de référence plaçant la barre “plus haut pour le secteur financier”.

Cette tribune a également été co-signée par Frank Elderson, président du NGFS et membre du conseil de la banque centrale des Pays-Bas, et par l’ancien gouverneur de la Banque d’Angleterre Mark Carney, envoyé spécial des Nations unies pour l’action climatique et la finance.

William Schomberg, version française Diana Mandiá, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up