for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

USA: L'activité des services s'améliore mais reste en contraction

En photo, un demandeur d'emploi discute avec un recruteur à Washington. La contraction de l'activité du secteur des services aux Etats-Unis s'est atténuée en mai après avoir atteint son niveau le plus marqué en 11 ans le mois précédent mais le taux de chômage toujours très élevé laisse à penser que l'économie pourrait mettre des années à se remettre du choc causé par la pandémie. /Photo d'archives/REUTERS/Jonathan Ernst

WASHINGTON (Reuters) - La contraction de l’activité du secteur des services aux Etats-Unis s’est atténuée en mai après avoir atteint son niveau le plus marqué en 11 ans le mois précédent mais le taux de chômage toujours très élevé laisse à penser que l’économie pourrait mettre des années à se remettre du choc causé par la pandémie.

Les données publiées mercredi par l’Institute for Supply Management (ISM) montrent que l’indice ISM pour le secteur des services est remonté à 45,4 après être passé en avril pour la première fois depuis décembre 2009 sous le seuil de 50 séparant contraction et expansion, pour tomber à 41,8, son plus bas niveau depuis mars 2009.

Les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne un chiffre de 44,0.

Le sous-indice des nouvelles commandes a augmenté pour ressortir à 41,9 en mai après un plus bas historique de 32,9 en avril et celui de l’emploi est revenue à 31,8 en mai après 30,0 en avril, qui marquait un plus bas depuis 1997.

Un autre indice d’activité des services, l’indice PMI calculé par IHS Markit, est ressorti à 37,5 après 26,7 en avril et 36,9 est première estimation.

L’indice ISM manufacturier publié lundi est remonté à 43,1 après avoir touché en avril un creux de 11 ans à 41,5, suggérant que le pire est passé pour l’industrie américaine même si la reprise prendra du temps en raison de l’explosion du chômage.

L’économie américaine s’est contractée de 5% en rythme annualisé au premier trimestre, sa pire performance depuis la récession de 2007-2009. La chute du produit intérieur brut pourrait atteindre 40% au deuxième trimestre, ce qui serait du jamais vu depuis la “Grande Dépression” des années 1930.

Lucia Mutikani, version française Laetitia Volga, édité par Marc Angrand

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up