for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Wall Street attendue sur une note hésitante mais l'Europe monte toujours

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue dans le désordre jeudi à l’ouverture tandis que les Bourses européennes continuent de profiter à mi-séance de perspectives économiques éclaircies au lendemain du projet de plan de relance européen, ce qui relègue toujours au second plan la montée des tensions entre les Etats-Unis et la Chine.

Wall Street est attendue dans le désordre jeudi à l'ouverture tandis que les Bourses européennes continuent de profiter à mi-séance de perspectives économiques éclaircies au lendemain du projet de plan de relance européen. À Paris, le CAC 40 gagne 1,05% à 4.737,88 points vers 11h25 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,53% et à Londres, le FTSE s'octroie 0,82%. /Photo prise le 26 mai 2020/REUTERS

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en hausse de 0,5% pour le Dow Jones et de 0,2% pour le S&P-500 mais en repli de 0,4% pour le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 gagne 1,05% à 4.737,88 points vers 11h25 GMT. À Francfort, le Dax prend 0,53% et à Londres, le FTSE s’octroie 0,82%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en hausse de 1,04%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro gagne 0,75% et le Stoxx 600 avance de 1,12%.

Ce dernier a grimpé en séance à un plus haut depuis le 9 mars grâce à la perspective d’une reprise avec le déconfinement qui se poursuit et le plan de relance de la Commission européenne de 750 milliards d’euros, qui devrait permettre aux pays du bloc, en particulier ceux les plus violemment touchés par la crise économique due à la pandémie, de rebondir.

“Avec la publication du plan de la Commission européenne pour la reprise post-pandémique, nous voyons qu’il y a de la place pour davantage de positivité sur les actifs à risque de la zone euro. Cela alimente directement nos attentes de surperformance des actifs à risque européens, ce qui sera encore amplifié par une expansion probable du programme de rachat d’actifs de la Banque centrale européenne la semaine prochaine”, écrivent les analystes de Mizuho.

Une enquête Reuters montre toutefois que la reprise des actions européennes prendra du temps puisqu’elles devraient encore accuser fin 2021 un repli d’environ pour 10% par rapport au record de février.

Une nouvelle fois, les marchés occultent la détérioration des relations entre Pékin et Washington. Le Parlement chinois a donné jeudi son feu vert pour poursuivre le processus d’adoption d’un projet de loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, considéré comme une menace pour l’autonomie et les libertés par de nombreux pays occidentaux dont les Etats-Unis, qui pourraient engager une action contre la Chine et retirer le statut spécial accordé à Honk Kong.

Côté indicateurs, les investisseurs suivront à 12h30 GMT la publication de la deuxième estimation de croissance américaine pour le premier trimestre et les inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-Unis. Une demi-heure avant tomberont les chiffres de l’inflation allemande au mois de mai. LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Les valeurs technologiques américaines devraient souffrir des tensions croissantes entre les deux premières puissances économiques mondiales ainsi que de la possible signature par Donald Trump d’un décret visant les opérateurs de réseaux sociaux qu’il accuse de vouloir étouffer les voix conservatrices.

VALEURS EN EUROPE

En Bourse en Europe, les secteurs automobile (-0,59%) et bancaire (-0,4%) sont les seuls à être dans le rouge.

A Paris, Renault cède 1,07% après avoir annoncé que les pertes subies par son allié japonais Nissan pèseraient lourdement sur ses propres résultats financiers au premier trimestre.

Safran gagne 2,05% après l’annonce par Boeing de la reprise de la production de ses 737MAX, à un rythme toutefois peu élevé. L’avionneur américain prend plus de 4% en avant-Bourse.

Du côté des compagnies aériennes, Easyjet prend 3,39% après la présentation d’un plan de restructuration visant 30% de ses effectifs alors que SAS chute de 10,36% à l’annonce d’une lourde perte et de discussions en vue d’un refinancement.

Les fabricants de semi-conducteurs Infineon, ASML, STMicroelectronics et Dialog Semiconductor gagnent entre 1,37% et 3,85% après que leur concurrent américain Micron Technologique a relevé sa prévision de chiffre d’affaires trimestriel.

Dans le compartiment des médias, TF1 (+3,07%) et M6 (+5,20%) profitent du relèvement de la recommandation de JPMorgan à “surperformance” sur les deux titres.

CHANGES

L’euro se stabilise autour de 1,1 dollar après être monté en séance à un pic depuis le 1er avril, à 1,1035, porté par la présentation du plan de relance européen.

L’”indice dollar”, qui mesure les variations de la devise américaine contre un panier de référence, est également sans changement.

TAUX

Sur le marché obligataire, le rendement des emprunts d’Etat américains à dix ans est stable à 0,6786%. Le Bund allemand à 10 ans, taux de référence de la zone euro, cède pour sa part près de deux points de base à -0,435%.

PÉTROLE

Les cours du pétrole se replient pour la deuxième séance d’affilée après l’annonce par l’American Petroleum Institute (API) d’une hausse inattendue et marquée des stocks de brut aux Etats-Unis (+8,7 millions de barils).

Le Brent recule de 0,35% à 34,62 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,76% à 32,56 dollars.

édité par Patrick Vignal

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up