for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
Économie

Coronavirus: Vallourec réduit ses coûts, recapitalisation en suspens

PARIS (Reuters) - Vallourec a annoncé mercredi des résultats du premier trimestre marqués par la chute brutale de la demande de ses clients pétroliers, consécutive à celle des prix du brut, et a indiqué que sa recapitalisation programmée avant la crise du coronavirus restait pour le moment en suspens.

Vallourec a annoncé mercredi des résultats du premier trimestre marqués par la chute brutale de la demande de ses clients pétroliers, consécutive à celle des prix du brut, et a indiqué que sa recapitalisation programmée avant la crise du coronavirus restait pour le moment en suspens. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

Le producteur de tubes sans soudure en acier, très exposé à un marché nord-américain des huiles et des gaz de schiste en pleine tourmente, a aussi fait savoir qu’il visait cette année 130 millions d’euros d’économies brutes, en plus de l’ajustement de ses coûts variables à l’activité, et qu’il prévoyait de réduire de 20% son enveloppe d’environ 200 millions d’investissements annoncée en février.

Le groupe a enregistré au premier trimestre une perte nette part du groupe de 74 millions d’euros (contre -90 millions un an plus tôt), un résultat brut d’exploitation de 68 millions d’euros (stable), un chiffre d’affaires de 853 millions (-17%) et un cash-flow disponible de -181 millions (contre -159 millions).

Pénalisé de longue date par une baisse des investissements du secteur pétrolier qui s’est nettement accentuée avec la crise du coronavirus, Vallourec avait annoncé mi-février une augmentation de capital de 800 millions d’euros afin de réduire son endettement.

“Alors que les marchés restent volatils, le groupe a pour intention de procéder à la réalisation de l’augmentation de capital dès que l’environnement opérationnel offrira une meilleure visibilité et que les conditions générales de marché le permettront”, a-t-il fait savoir mercredi.

“Il n’y a pas de ‘plan B’, il n’y a pas de discussions en cours avec des tiers, avec le gouvernement ou que sais-je, l’augmentation de capital est et reste notre scénario”, a déclaré mercredi son directeur financier, Olivier Mallet, lors d’une conférence téléphonique.

Vallourec, dont la dette nette s’élevait à 2,3 milliards d’euros à fin mars contre 2,0 milliards à fin 2019, dispose de 1,7 milliard de trésorerie et de 123 millions de lignes de crédit non tirées.

“SÉVÈRE DÉTÉRIORATION” EN VUE EN AMÉRIQUE DU NORD

L’essentiel de ces liquidités expirant en février 2021, il serait “extrêmement souhaitable” que la recapitalisation du groupe ait lieu avant cette date, a cependant souligné Olivier Mallet.

Vallourec a suspendu le 20 mars ses prévisions de résultats pour 2020 en raison de l’impossibilité de quantifier l’impact sur ses activités de l’épidémie de coronavirus et de ses retombées.

Il a également annoncé début avril un plan de réduction d’effectifs portant sur plus de 900 postes en Amérique du Nord, soit plus du tiers de ses effectifs dans la région.

Le groupe a estimé mercredi que, par rapport au premier trimestre, les suivants “devraient montrer une sévère détérioration des résultats en Amérique du Nord et dans une bien moindre mesure sur les marchés de l’industrie”.

Cette détérioration “devrait être compensée dans une large mesure” par une activité accrue dans l’offshore brésilien, ainsi que par le soutien provenant de la bonne tenue des prix du minerai de fer notamment.

Vallourec estime également que sa “consommation de flux de trésorerie en 2020 devrait être fortement réduite par rapport au premier trimestre”.

Benjamin Mallet, édité par Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up