May 13, 2020 / 6:33 AM / 16 days ago

Commerzbank affiche une perte plus forte que prévu au premier trimestre

Commerzbank a publié mercredi une perte plus importante que prévu au titre du premier trimestre alors que la pandémie de nouveau coronavirus est venue compliquer ses efforts de restructuration. /Photo prise le 13 février 2020/REUTERS/Ralph Orlowski

FRANCFORT (Reuters) - Commerzbank a publié mercredi une perte plus importante que prévu au titre du premier trimestre alors que la pandémie de nouveau coronavirus est venue compliquer ses efforts de restructuration.

La deuxième banque d’Allemagne a subi une perte nette de 295 millions d’euros au cours des trois premiers mois de l’année alors qu’elle avait dégagé un bénéfice de 122 millions sur la même période de 2019. Les analystes s’attendaient à une perte moins élevée, de 240 millions.

Elle estime que l’épidémie de coronavirus a pesé sur ses comptes à hauteur de 479 millions d’euros au cours du trimestre, avec notamment 326 millions de provisions pour pertes de crédit alors que ces dernières étaient de 78 millions il y a un an.

Commerzbank s’attend à ce que ces provisions s’élèvent entre 1,0 et 1,4 milliard d’euros sur l’ensemble de l’année.

Tout en jugeant difficile de fournir des prévisions pour 2020, elle espère néanmoins parvenir à stabiliser ses revenus dans la banque de détail si l’activité économique reprend et que l’Allemagne n’est pas contrainte de confiner à nouveau sa population.

“Nous allons intensifier notre gestion des coûts”, a dit la directrice financière Bettina Orlopp.

Commerzbank cherche de nouvelles sources d’économies après l’échec de sa fusion avec sa grande concurrente Deutsche Bank et elle a engagé des consultants pour l’aider à les identifier.

L’établissement, qui a déjà renoncé au versement d’un dividende cette année, traverse une période délicate marquée par l’abandon de son projet de vente de sa filiale polonaise mBank, la dégradation de sa note de crédit par S&P en avril et la perte de son partenariat avec le club de football de l’Eintracht Francfort, qui lui préfère désormais Deutsche Bank.

Tom Sims et Hans Seidenstücker; version française Bertrand Boucey, édité par

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below