May 6, 2020 / 4:47 PM / 3 months ago

De mauvaises statistiques ravivent l'aversion pour le risque

PARIS (Reuters) - La plupart des Bourses européennes ont fini en repli mercredi au terme d’une séance hésitante, l’accumulation de mauvais indicateurs et la baisse des cours du pétrole ayant eu raison de l’optimisme sur un retour progressif à la normale de l’économie.

La plupart des Bourses européennes ont fini en repli mercredi. À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 1,11%. Le Footsie britannique a grappillé 0,07% grâce à la hausse à un plus haut record d'AstraZeneca. Le Dax allemand a perdu 1,15%. /Photo prise le 5 mai 2020/REUTERS

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 1,11% à 4.433,38 points. Le Footsie britannique a grappillé 0,07% grâce à la hausse à un plus haut record d’AstraZeneca. Le Dax allemand a perdu 1,15%.

L’indice EuroStoxx 50 a abandonné 1,12%, le FTSEurofirst 300 a reculé de 0,35% et le Stoxx 600 de 0,35%.

Les entreprises du secteur privé aux Etats-Unis ont détruit plus de 20 millions d’emplois en avril, un niveau sans précédent, en raison des fermetures d’entreprises mises en oeuvre afin d’enrayer la pandémie de coronavirus.

Les résultats de l’enquête ADP sont publiés deux jours avant le rapport mensuel sur l’emploi du département du Travail, l’un des rendez-vous économiques les plus suivis par les marchés, et le consensus Reuters attend 21,85 millions de postes détruits et un taux de chômage à 16%, des niveaux jamais vus.

Les mauvaises nouvelles sur le front macro-économique avaient déjà commencé dans la matinée après la publication des indices PMI des services et composite de la zone euro confirmant, sans surprise, la baisse à un niveau historique de l’activité.

Par ailleurs, les commandes à l’industrie allemande ont plongé de 15,6% en mars, leur repli le plus marqué depuis l’introduction de cette statistique en 1991

VALEURS

Au niveau sectoriel, l’indice Stoxx du pétrole et du gaz a perdu 3% dans le sillage des cours du brut. A Paris, TechnipFMC a lâché 6% quand Total a cédé 2,15%.

L’action Axa a pris 0,72% bien que l’assureur ait vu son chiffre d’affaires reculé et prévenu que les retombées de la crise sanitaire en cours auraient un impact “significatif” sur ses résultats en 2020.

En baisse, Crédit agricole a cédé 2,32% après la publication d’un bénéfice trimestriel en repli de 16,4% sur un an, la deuxième banque cotée française ayant pratiquement triplé ses provisions pour risque de crédit afin de se protéger contre d’éventuels défauts de remboursement liés à la crise du coronavirus.

BMW a perdu 5,4% à Francfort, le constructeur munichois ayant revu à la baisse sa prévision de marge opérationnelle automobile sur l’année en raison de la crise liée au coronavirus qui pèse fortement sur son activité.

Dialog Semiconductor (+13,56%) a fini en tête du Stoxx 600 après la publication de résultats et de prévisions trimestriels supérieurs aux attentes.

AstraZeneca (+3,74%) a permis à la Bourse de Londres de se maintenir de peu dans le vert après que son médicament contre le diabète Farxiga a obtenu le feu vert de la FDA américaine pour le traitement de l’insuffisance cardiaque.

A WALL STREET

Après une ouverture positive, Wall Street était dans le désordre au moment de la clôture européenne, le Dow Jones perdant 0,25%, le Standard & Poor’s 500 reculant de 0,08% et le Nasdaq Composite avançant de 0,84%.

En Bourse, General Motors grimpait de 4,42% après avoir publié un bénéfice supérieur aux attentes et présenté un plan de redémarrage de la majeure partie de sa production nord-américaine à parti du 18 mai.

CHANGES

L’euro poursuit son déclin au lendemain de l’arrêt de la Cour constitutionnelle allemande selon lequel la Banque centrale européenne (BCE) doit justifier ses achats d’emprunts d’Etat de la zone euro pour que l’Allemagne continue d’y participer via la Bundesbank.

Le gouverneur de la Banque de France et membre du conseil de la BCE, François Villeroy de Galhau a déclaré que la BCE, tout en prenant note du jugement allemand, avait l’intention d’accomplir pleinement son mandat tel qu’il a été interprété par la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE).

L’euro tombe autour de 1,08 dollar, à proximité d’un creux de deux semaines, et a reculé à un plus bas depuis novembre 2016 contre le yen.,

Le dollar, profitant de son statut de valeur refuge, gagne 0,38% face à un panier de référence.

TAUX

Sur le marché obligataire, le rendement des emprunts d’Etat américains à 10 ans évolue un pic de trois semaines, à 0,7237%. Le département du Trésor a annoncé mercredi qu’il lancerait une nouvelle obligation à 20 ans et augmenterait la taille de ses adjudications de dette souveraine afin de répondre aux besoins du gouvernement pour le financement de la relance économique.

Le Bund allemand à 10 ans, taux de référence de la zone euro, a gagné près de sept points de base autour de -0,5% avant le lancement par l’Allemagne du premier emprunt obligataire syndiqué en cinq ans.

PÉTROLE

Les cours pétroliers repartent à la baisse, l’augmentation des stocks américains de brut inhibant les espoirs d’un retour de la demande avec la levée progressive des mesures de confinement dans plusieurs pays.

Le Brent de mer du Nord recule de 6,1% à 29,08 dollars après six séances de gain. Le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) abandonne 5,25% à 23,27 dollars le baril.

Laetitia Volga, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below