May 4, 2020 / 9:34 AM / a month ago

Le secteur manufacturier de la zone euro s'effondre en avril

(Reuters) - L’activité manufacturière s’est effondrée le mois dernier dans la zone euro sous l’effet des mesures de confinement destinées à enrayer la propagation du coronavirus.

L'activité manufacturière s'est effondrée le mois dernier dans la zone euro sous l'effet des mesures de confinement destinées à enrayer la propagation du coronavirus. /Photo d'archives/REUTERS/Fabian Bimmer

L’indice manufacturier dans les pays qui partagent l’euro est tombé le mois dernier à 33,4 (33,6 en première estimation) après 43,2 en mars, montrent les résultats définitifs de l’enquête réalisée par IHS Markit auprès des directeurs d’achat (PMI).

Il s’enfonce ainsi davantage sous le seuil de 50, soit en territoire de contraction, et touche son plus bas niveau depuis le lancement de cette enquête, mi-1997.

Le sous-indice de la production traduit lui aussi une chute sans précédent, à 18,1 contre 38,5 en mars.

“La production manufacturière dans la zone euro a connu un déclin nettement plus prononcé que tout ceux observés en près de 23 ans d’histoire de l’enquête PMI, traduisant une combinaison de facteurs qui comprend de multiples fermetures d’usines, une chute de la demande et la rupture des chaînes d’approvisionnement, le tout en lien avec la propagation du COVID-19”, commente Chris Williamson, économiste d’IHS Markit.

ALLEMAGNE: L’ACTIVITÉ MANUFACTURIÈRE À UN CREUX DE PLUS DE 11 ANS

L’activité manufacturière en Allemagne a accusé en avril sa contraction la plus marquée jamais enregistrée et les entreprises tournées vers l’export ont supprimé des emplois au rythme le plus soutenu depuis près de 11 ans.

L’indice définitif calculé sur la base de l’enquête que réalise chaque mois IHS Markit auprès des directeurs d’achats (PMI) est tombé à 34,5 le mois dernier, au plus bas depuis mars 2009, contre une première estimation à 34,4 et après 45,4 en mars.

“La production a piqué du nez avec la fermeture temporaire d’un grand nombre d’usines ou la réduction des heures de travail dans un contexte d’effondrement de la demande à l’exportation et d’une montée des perturbations dans les chaînes d’approvisionnement”, a déclaré Phil Smith, économiste chez IHS Markit.

“Face à des perspectives difficiles, les suppressions d’emplois ont continué de s’accélérer malgré la généralisation du régime de chômage partiel, augmentant ainsi les risques d’une reprise plus longue”, a-t-il ajouté.

FRANCE: RÉCESSION RECORD POUR LE SECTEUR MANUFACTURIER

Le secteur manufacturier français a plongé en avril dans une récession record sous l’effet des mesures de confinement prises pour freiner la propagation du coronavirus.

L’indice manufacturier est tombé le mois dernier à 31,5, conformément à une première estimation, après 43,2 en mars, montrent les résultats définitifs de l’enquête réalisée par IHS Markit auprès des directeurs d’achat (PMI).

Il s’enfonce ainsi davantage sous le seuil de 50, soit en territoire de contraction, et touche son plus bas niveau depuis le lancement de cette enquête.

La perspective d’une sortie progressive du confinement à partir du 11 mai apporte peu de soulagement aux industriels, qui s’attendent à une reprise lente de l’activité et s’inquiètent de la possibilité d’une deuxième vague de coronavirus, commente Eliot Kerr, économiste d’IHS Markit.

ITALIE : PLUS FORTE BAISSE D’ACTIVITÉ DEPUIS 1997

L’activité manufacturière italienne a baissé en avril à son rythme le plus rapide depuis plus de 22 ans, conséquence du confinement strict imposé pour tenter de freiner la propagation du coronavirus.

L’indice PMI du secteur est tombé à 31,1 en avril, un plus bas depuis le début de l’enquête en juin 1997, contre 40,3 en mars. Les économistes interrogés par Reuters l’attendaient en moyenne à 30,0.

IHS Markit précise que le sous-indice de la production a également plongé à un plus bas record.

ESPAGNE : LA CONTRACTION MANUFACTURIÈRE S’ACCENTUE

La contraction de l’activité du secteur manufacturier espagnol s’est creusée en avril et l’a ramenée à son plus bas niveau depuis décembre 2008, les mesures destinées à contenir la pandémie ayant déclenché une baisse record de la production, des nouvelles commandes et des achats.

L’indice PMI manufacturier espagnol a reculé à 30,8 après 45,7 en mars, accusant sa plus forte baisse d’un mois sur l’autre depuis le début de l’enquête en février 1998.

Les restrictions à l’activité économique non essentielle en Espagne et dans le monde ont entraîné une baisse inédite de la production, des nouvelles commandes et des exportations en avril, montre l’enquête d’IHS Markit.

“Des records ont été battus sur un certain nombre de points (...) mais ce qui est peut-être le plus inquiétant, c’est l’évolution de la confiance et de l’emploi”, a déclaré Paul Smith, directeur économique d’IHS Markit.

“Le rythme des pertes d’emplois n’a pas été aussi soutenu depuis la crise financière. Les entreprises ont fait part de leurs inquiétudes quant à l’impact à plus long terme de la pandémie sur la demande, ce qui fait craindre que la reprise puisse être beaucoup plus difficile que prévu”, a-t-il ajouté.

Jonathan Cable à Londres, Joseph Nasr à Berlin, Leigh Thomas à Paris, Gavin Jones à Rome, Emma Pinedo à Madrid, version française Patrick Vignal et Laetitia Volga, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below