May 4, 2020 / 4:48 AM / 3 months ago

Un protocole contraignant pour la reprise du travail dans la France post-confinement

PARIS (Reuters) - Le protocole sanitaire de déconfinement pour les entreprises du secteur privé préparé par le ministère du Travail prévoit des mesures strictes visant à assurer la protection des salariés.

Le protocole sanitaire de déconfinement pour les entreprises du secteur privé préparé par le ministère du Travail prévoit des mesures strictes visant à assurer la protection des salariés. /Photo prise le 23 avril 2020/REUTERS/Pascal Rossignol

Ce document dévoilé dimanche précise la doctrine générale de protection collective que les employeurs du secteur privé doivent mettre en place.

La France doit engager à compter du 11 mai un plan progressif et différencié de déconfinement avec notamment la réouverture de tous les commerces et un retour sur les lieux de travail, même si l’exécutif a demandé de poursuivre au maximum le télétravail dans les prochaines semaines afin notamment d’éviter un engorgement des transports et une reprise de la circulation du coronavirus.

“Nous devons accompagner toutes les entreprises pour que l’activité reprenne dans des conditions garantissant la santé et la sécurité des salariés. C’est une condition nécessaire au retour au travail à partir du 11 mai même si le télétravail doit rester la norme pour toutes les activités qui le permettent pour les prochaines semaines”, indique dimanche la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Le “vade-mecum” préparé par son ministère impose aux employeurs un critère “universel” d’occupation maximale des espaces ouverts au public et en milieu de travail, fixé à 4 mètres carrés par personne.

“Cette règle permet d’éviter le risque de contact, notamment dans les lieux de circulation ou d’activité qui génèrent des flux de personnes”, explique le ministère.

Si ce critère ne peut être respecté, des mesures complémentaires comme le port du masque sont à mettre en place.

Par ailleurs, la généralisation du contrôle de température pratiquée par certaines entreprises est “déconseillée” par le ministère. Les sociétés ne peuvent donc contraindre un salarié à s’y soumettre.

Les tourniquets devront être condamnés ou, à défaut, du gel hydroalcoolique proposé à l’entrée et à la sortie.

Tous les jours, les locaux seront désinfectés et les poignées de porte, bureaux, toilettes, interrupteurs et rampes d’escalier le seront à plusieurs reprises.

Enfin, interdiction est faite aux employeurs de réaliser des campagnes de dépistage du Covid-19.

Henri-Pierre André et Blandine Hénault avec Caroline Paillez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below