May 1, 2020 / 9:10 PM / a month ago

Wall Street recule, les tensions commerciales sont de retour

(Reuters) - La Bourse de New York a terminé en nette baisse vendredi au lendemain des menaces de représailles commerciales contre la Chine lancées par Donald Trump après avoir mis en cause Pékin dans la pandémie de coronavirus.

La Bourse de New York a terminé en nette baisse vendredi. L'indice Dow Jones a perdu 2,55%. /Photo d'archives/REUTERS/Lucas Jackson

L’indice Dow Jones a perdu 622,03 points, soit 2,55%, à 23.723,69, le Standard & Poor’s 500, plus large, a cédé 81,72 points (2,81%) à 2.830,71 et le Nasdaq Composite a reculé de 284,60 points, soit 3,2%, à 8.604,95.

Donald Trump a déclaré jeudi que son administration préparait des mesures de rétorsion commerciales contre Pékin, expliquant être convaincu que le nouveau coronavirus provenait d’un institut de virologie chinois.

Mercredi, déjà, dans un entretien à Reuters, le président américain avait dit étudier différentes options pour que la Chine subisse les conséquences de ses actions, assurant: “Je peux faire beaucoup de choses.”

Le ton de ses déclarations rappelle à de nombreux investisseurs celui qu’il employait lorsque les tensions commerciales entre les deux premières économies mondiales étaient encore la principale préoccupation des marchés.

“Des représailles (tarifaires) sont la dernière chose dont on veut entendre parler au moment où l’économie mondiale semble se diriger vers la dépression”, a commenté Peter Caudillo, chef économiste de Spart Capital Securit à New York.

“Le coronavirus a tout chamboulé mais l’économie ralentissait déjà à cause de la guerre commerciale et si Trump n’est pas responsable du coronavirus, il est responsable de la guerre commerciale.”

Une série de résultats de sociétés mitigés, notamment ceux du géant du commerce en ligne Amazon, ont également pesé sur la tendance.

Et les indicateurs économiques du jour n’ont rien fait pour rassurer: l’indice des directeurs d’achats du secteur manufacturier de l’ISM est tombé en avril à 41,5, son plus bas niveau depuis avril 2009, et celui d’ISH Markit a reculé à 36,9, là encore au plus bas depuis 11 ans.

Sur l’ensemble de la semaine, le Dow a reculé de 0,22%, le S&P 500 de 0,21% et le Nasdaq de 0,34%.

VALEURS

Amazon a chuté de 7,6% après avoir averti que les dépenses liées à la pandémie de coronavirus, de l’ordre de quatre milliards de dollars (3,64 milliards d’euros), pourraient le conduire à enregistrer au deuxième trimestre sa première perte depuis cinq ans.

Moins lourdement sanctionné, Apple a cédé 1,61% malgré des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, le groupe s’étant refusé à donner des prévisions pour le trimestre en cours.

La compagnie pétrolière Exxon Mobil a abandonné 7,17%; son bénéfice a baissé au premier trimestre en raison de lourdes charges de dépréciation liées à la chute de la demande et des cours du pétrole.

Quelque 275 sociétés du S&P 500 ont désormais publié leurs comptes pour les trois premiers mois de l’année et 68% d’entre elles ont dépassé les attentes. Les profits de l’indice phare américain sont attendus en baisse de 12,7% sur un an.

La chute la plus spectaculaire du jour n’est pas directement liée aux résultats: l’action Tesla a abandonné 10,3% après la publication sur Twitter d’un message de son directeur général, Plon Mus, jugeant le cours du titre “trop élevé”.

Marc Angrand, avec Stephen Culp à New York

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below