April 3, 2020 / 1:51 PM / 3 months ago

Le coronavirus met fin à près de 10 ans de croissance de l'emploi aux États-Unis

WASHINGTON (Reuters) - L’économie américaine a détruit des emplois en mars pour la première fois depuis près de 10 ans en raison des mesures de confinement et de la fermeture des entreprises pour contenir la propagation du coronavirus.

L'économie américaine a détruit des emplois en mars pour la première fois depuis près de 10 ans en raison des mesures de confinement et de la fermeture des entreprises pour contenir la propagation du coronavirus. /Photo d'archives/REUTERS/Tim Shaffer (UNITED STATES - Tags: MILITARY POLITICS BUSINESS EMPLOYMENT)

Le département du Travail a fait état vendredi de 701.000 d’emplois non-agricoles détruits en mars, après une séquence record de 113 mois de créations de postes.

La révision des chiffres de février montre 275.000 créations de postes et non 273.000 comme annoncé initialement.

Les économistes interrogés par Reuters attendaient pour février 100.000 destructions d’emplois.

Le taux de chômage est monté pour sa part à 4,4% après 3,5% en février et le salaire horaire moyen a augmenté de 0,4%.

Ces chiffres sont loin d’être une représentation fidèle des conséquences économiques du coronavirus sur l’état du marché du travail aux Etats-Unis.

Les entreprises et ménages ont en effet été interrogés jusqu’à la mi-mars, avant qu’une grande partie de la population ne soit soumise à une forme quelconque de confinement, entraînant le licenciement de millions de personnes et entraînant la première économie du monde vers la récession.

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont atteint la semaine dernière un niveau record, dépassant le seuil de 6 millions.

Oxford Economics estime que le nombre des destructions d’emplois pourrait atteindre au moins 20 millions en avril, surpassant largement le record de 800.000 de mars 2009.

Les économistes craignent également que la fermeture des entreprises ne complique la tâche du département du Travail pour recenser avec précision l’ampleur des licenciements.

“Le rapport d’avril devrait mieux refléter la gravité de la récession bien que les chiffres exacts soient difficiles à cerner”, a déclaré Michelle Meyer, économiste chez Bank of America Securities. “Les entreprises qui ont fermé leurs portes ne répondront pas au sondage.”

Lucia Mutikani, version française Laetitia Volga, édité par Patrick Vignal

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below