March 31, 2020 / 4:34 PM / 4 months ago

Pas de chômage partiel sans baisse des salaires des dirigeants

La secrétaire d'Etat française auprès du ministre de l'Economie, Agnès Pannier-Runacher, a appelé mardi les entreprises ayant recours au chômage partiel à faire preuve d'exemplarité en diminuant de 25% la rémunération de leurs dirigeants. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier

PARIS (Reuters) - La secrétaire d’Etat française auprès du ministre de l’Economie, Agnès Pannier-Runacher, a appelé mardi les entreprises ayant recours au chômage partiel à faire preuve d’exemplarité en diminuant de 25% la rémunération de leurs dirigeants.

Le gouvernement, qui met en oeuvre un vaste champ de mesures pour aider les entreprises à faire face aux conséquences de l’épidémie de coronavirus, a énoncé une série de conditions pour leurs bénéficiaires.

Le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a déjà prévenu que les entreprises bénéficiaires des prêts garantis par l’Etat pour un montant total de 300 milliards d’euros ne devraient pas verser de dividendes, ni procéder à des rachats d’actions.

Dans le cas des entreprises ayant recours au chômage partiel, le ministre a appelé les entreprises à faire preuve de “la plus grande modération” sur la distribution des dividendes, sans aller toutefois jusqu’à exiger leurs suspension.

“Il y a un engagement de ne pas verser de dividendes pour les entreprises qui auraient recours aux dispositifs d’Etat, de ne pas procéder à des rachats d’actions et de diminuer de 25% la rémunération globale des dirigeants”, a déclaré Agnès Pannier-Runacher lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale.

“Sinon ce sera un remboursement avec des pénalités de retard”, a-t-elle prévenu.

Un porte-parole a par la suite précisé que la secrétaire d’Etat faisait référence aux engagements de l’Afep, fédération rassemblant une centaine de grandes entreprises françaises.

Dans un communiqué diffusé dimanche, l’Afep a appelé ses adhérents à réduire de 25% les rémunérations globales des dirigeants mandataires sociaux “pour la durée où des salariés de leur entreprise seront en chômage partiel”.

L’Afep a par ailleurs recommandé une réduction de 20% des dividendes à payer en 2020 par rapport à l’année dernière.

Elizabeth Pineau et Gwénaëlle Barzic, édité par Jean-Michel Bélot et Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below