March 26, 2020 / 10:12 AM / 4 months ago

Les Bourses européennes repartent à la baisse, les craintes demeurent

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes évoluent en nette baisse jeudi, le risque économique lié à la pandémie de coronavirus reprenant le dessus face à des statistiques catastrophiques et à la multiplication des abandons d’objectifs financiers et des dividendes par les entreprises.

Les principales Bourses européennes évoluent en nette baisse jeudi. À Paris, l'indice CAC 40 recule de 1,78% vers 09h30 GMT, après avoir rebondi de 13,2% lors des deux séances précédentes. À Francfort, le Dax perd 1,94% et à Londres, le FTSE recule de 2,09%. /Photo d'archives/REUTERS/Peter Nicholls

À Paris, l’indice CAC 40 recule de 1,78% à 4.353,29 points vers 09h30 GMT, après avoir rebondi de 13,2% lors des deux séances précédentes. À Francfort, le Dax perd 1,94% et à Londres, le FTSE recule de 2,09%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro abandonne 2,12%, le FTSEurofirst 300 cède 1,32% et le Stoxx 600 se replie de 1,44%.

Le Sénat des Etats-Unis a adopté mercredi soir un plan de soutien à l’économie de 2.000 milliards de dollars (environ 1.840 milliards d’euros) pour faire face au coronavirus. Le texte doit désormais être approuvé par la Chambre des représentants, contrôlée par l’opposition démocrate, avant d’être envoyé le cas échéant à Donald Trump pour promulgation. Le vote de la Chambre devrait avoir lieu vendredi.

La perspective de ce vaste plan de relance américain a nourri le rebond des marchés d’actions depuis mardi mais est loin d’avoir levé toutes les craintes des investisseurs.

Dès ce jeudi, les intervenants de marché vont suivre avec attention le chiffre des inscriptions hebdomadaires au chômage (12h30 GMT). Le consensus Reuters montre une incertitude élevée avec des prévisions allant de 250.000 jusqu’à 4 millions.

En Europe, les indicateurs de sentiment économique continuent de montrer une très forte dégradation. Le climat des affaire en France a ainsi connu une dégradation sans précédent en mars, avec une chute de 10 points de son indice.

A Singapour, une des économies mondiales les plus dépendantes du commerce extérieur, l’activité économique s’est contractée de 2,2% au premier trimestre en rythme annuel, le plus fort repli observé depuis 2009.

Du côté de la microéconomie, les abandons de prévisions financières et de versement de dividendes pour 2020 se multiplient à travers le monde, soulignant le contexte très incertain dans lequel doivent naviguer les entreprises.

VALEURS

Parmi les plus fortes baisses du Stoxx 600, Euronext recule de 9,23% après quatre séances d’affilée dans le vert dont deux journées de forte hausse (+11,4% mardi et +16,3% mercredi). Le régulateur du marché espagnol CNMV a déclaré jeudi qu’il avait autorisé une offre de la Bourse suisse SIX pour acheter l’opérateur de la Bourse de Madrid BME pour lequel Euronext avait aussi exprimé son intérêt.

Casino recule de 3,6% après avoir annoncé à son tour l’abandon de ses objectifs financiers pour 2020 et au-delà en raison des incertitudes liées au coronavirus.

Les secteurs des ressources de base (-3,25%) et du pétrole et gaz (-2,82%) accusent les plus forts replis en Europe dans la foulée du repli des cours des métaux industriels et de l’or noir.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a terminé en baisse de 4,51% après trois séances de forte hausse, l’augmentation du nombre de cas de contamination dans le pays alimentant les craintes d’un durcissement des restrictions de distanciation sociale.

Le CSI 300 des grandes capitalisations de Chine continentale a reculé de 0,66% et l’indice Hang Seng de Hong Kong a perdu 0,74%.

A WALL STREET

Les contrats à terme sur les indices américains signalent pour l’heure un repli des indices d’au moins 1,5% à l’ouverture jeudi.

La veille, le S&P a signé une deuxième séance consécutive de hausse, une première depuis le 12 février. L’indice large a gagné 1,15%, à 2.475,56 points.

De son côté, l’indice Dow Jones a gagné 495,64 points, soit 2,39%, à 21.200,55 points. En revanche, le Nasdaq Composite a reculé de 33,56 points (-0,45%) à 7.384,30 points.

TAUX

Le regain de prudence se traduit par une baisse des rendements obligataires : le taux des emprunts d’Etat américains à dix ans recule de près de cinq points de base, à 0,8112%.

En Europe, le rendement du Bund allemand de même échéance est en baisse de deux points de base, à -0,308%.

CHANGES

Le dollar recule face au yen et à l’euro en amont de la publication des inscriptions hebdomadaires au chômage aux Etats-unis, qui devraient bondir en raison du blocage économique induit par la pandémie de coronavirus.

L’euro revient ainsi à plus de 1,09 dollar, au plus haut depuis une semaine.

PÉTROLE

Les cours du brut évoluent en baisse, pénalisés par les craintes sur la demande. Le baril de Brent recule de près de 2% à 26,91 dollars et celui du brut léger américain perd plus de 2% à 23,89 dollars.

Blandine Hénault, édité par Laetitia Volga

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below