March 19, 2020 / 11:10 AM / 22 days ago

Coronavirus: La Fed et la BCE peuvent en faire davantage, selon Barclays

La Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE) peuvent en faire encore davantage pour contrer les effets sur l'économie de l'épidémie de coronavirus, dit-on chez Barclays. /Photo d'archives/REUTERS/Reinhard Krause

PARIS (Reuters) - La Réserve fédérale américaine (Fed) et la Banque centrale européenne (BCE) peuvent en faire encore davantage pour contrer les effets sur l’économie de l’épidémie de coronavirus, dit-on chez Barclays.

A l’issue d’une réunion imprévue mercredi soir, la BCE a lancé un nouveau programme d’achat d’obligations de 750 milliards d’euros, portant à 1.100 milliards ses achats d’actifs prévus sur les marchés cette année.

Quant à la Fed, elle a annoncé un peu plus tard un troisième programme d’urgence en deux jours, destiné cette fois à préserver les fonds de placement sur le marché monétaire d’éventuels mouvements de retraits massifs de la part d’investisseurs désireux de récupérer des liquidités.

Ces mesures massives ne sont pas suffisantes, selon les analystes de Barclays, qui appellent, dans deux notes séparées publiées jeudi, à la fois la Fed et la BCE à en faire encore plus.

La Fed doit porter son programme de rachats d’actifs à au moins 1.000 milliards de dollars en emprunts d’Etat américains (Treasuries) et 500 milliards de dollars en titres adossés à des créances hypothécaires (MBS), selon Barclays.

“Le large programme budgétaire à venir justifie l’augmentation des rachats d’actifs”, écrivent les analystes de la banque britannique, qui appellent la Fed à adopter le fameux “whatever it takes” (quoi qu’il en coûte) rendu célèbre par l’ancien président de la BCE Mario Draghi.

En ce qui concerne la BCE, Barclays se réjouit de l’artillerie lourde sortie mercredi par l’institution de Francfort et l’appelle à une action budgétaire coordonnée par le biais du Mécanisme européen de stabilité (MES).

“Le MES agirait dans ce cas comme l’équivalent d’une capacité budgétaire tenant lieu de la zone euro”, lit-on dans la note. “Cela stimulerait les émissions du MES et de nouvelles obligations du MES pourraient être incluses dans le programme de rachat d’actifs de la BCE”.

Patrick Vignal, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below