March 16, 2020 / 9:10 PM / 5 months ago

Lancement aux Etats-Unis d'une étude expérimentale sur un possible vaccin contre le coronavirus

WASHINGTON (Reuters) - L’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) a annoncé lundi qu’une étude expérimentale avait été lancée dans le domaine de la recherche d’un vaccin contre le nouveau coronavirus qui frappe la quasi-totalité de la planète.

L'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) a annoncé lundi qu'une étude expérimentale avait été lancée dans le domaine de la recherche d'un vaccin contre le nouveau coronavirus qui frappe la quasi-totalité de la planète. /Photo prise le 13 mars 2020/REUTERS/Ivan Alvarado

Le test clinique mené à Seattle avec le groupe de biotechnologie Moderna sera effectué au total sur une cohorte de 45 adultes volontaires âgés de 18 à 55 ans pendant une durée d’environ six semaines.

Un premier cobaye a reçu une première injection lundi.

Dans un communiqué, le NIAID précise bien qu’il s’agit de la première phase d’essai clinique pour évaluer un vaccin expérimental contre la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19).

“C’est la première étape d’une série multiple dans le processus d’essai clinique pour évaluer le bénéfice potentiel de ce vaccin”, insiste le NIAID.

Financé sur fonds fédéraux, il est mené au Kaiser Permanente Washington Health Research Institute (KPWHRI) de Seattle.

Le vaccin expérimental, baptisé mRNA-1273, a été mis au point par les chercheurs du NIAID et de Moderna, entreprise de biotechnologie basée à Cambridge, dans le Massachusetts.

L’initiative est soutenue par la Coalition pour l’innovation en matière de préparation aux épidémies (CEPI).

“Trouver un vaccin sûr et efficace pour prévenir l’infection au SARS-CoV-2 est une priorité de santé publique urgente”, a déclaré le directeur de l’Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID), Anthony Fauci.

“Cette étude de phase 1, lancée à une vitesse record, est un premier pas important vers la réalisation de cet objectif.”

D’autres recherches sont en cours ailleurs dans le monde.

Le laboratoire allemand CureVac espère ainsi être en mesure de demander l’autorisation de passer en phase de test clinique d’un vaccin expérimental sur des êtres humains d’ici juillet.

L’entreprise fait l’objet par ailleurs d’un bras de fer financier entre Européens et Américains. Des sources gouvernementales allemandes ont déclaré dimanche à Reuters que Berlin tentait de contrer Washington, qui veut persuader CureVac de délocaliser ses recherches aux Etats-Unis.

A Bruxelles, la Commission européenne a annoncé lundi qu’elle mettait jusqu’à 80 millions d’euros à disposition de CureVac pour poursuivre ses recherches vaccinales en Europe.

“Je suis fière que nous ayons des compagnies leader comme CureVac dans l’Union européenne. Leur foyer est ici, mais leurs vaccins bénéficieront à tout le monde, en Europe et au-delà”, a déclaré la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen.

Trisha Roy à Bangalore et Carl O'Donnell à New York avec Henri-Pierre André à Paris, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below