March 11, 2020 / 9:08 PM / 4 months ago

Wall St plonge et entre en "bear market"

(Reuters) - La Bourse de New York a fini mercredi en très nette baisse de -5,15%, la panique ayant une nouvelle fois gagné les investisseurs qui redoutent les retombées de l’épidémie de coronavirus, désormais qualifiée de “pandémie” par l’Organisation mondiale de la Santé.

La Bourse de New York a fini mercredi en très nette baisse de -5,15%. L'indice Dow Jones a cédé 1 289,49 points. Le S&P-500, plus large, a perdu -5,96%. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de -5,82%. /Photo d'archives/REUTERS/Shannon Stapleton

L’indice Dow Jones a cédé 1 289,49 points à 23 728,67.

Le S&P-500, plus large, a perdu 171,88 points, soit -5,96%, à 2 710,35.

Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 485,39 points (-5,82%) à 7 858,86 points.

En affichant une baisse supérieure à 20% par rapport à son plus haut du 19 février dernier, le Dow Jones a officiellement fait son entrée dans une phase de “bear market”, le marché baissier.

“Je ne pense pas que cela durera”, a cependant commenté Robert Pavlik, stratège en investissement et gestinnaire de portefeuille à SlateStone Wealth LLC à New York. “Il y a beaucoup d’incertitudes, mais mon sentiment, c’est que cela aussi passera.”

Au-delà de la communication de l’OMS, les investisseurs étaient nombreux à déplorer le flou entourant les décisions de la Maison blanche sur un éventuel soutien à l’économie.

“Il y a beaucoup d’idée qui se baladent à la Maison blanche, mais rien de clair ne sort de ces discussions, cela ne va pas aider”, a souligné Robert Pavlik.

Aux valeurs, Boeing a accusé une des chutes les plus spectaculaires du Dow Jones, glissant de 17,31% à 191 dollars. L’avionneur envisage de retirer le reste d’un prêt de 13,8 milliards de dollars obtenu le mois dernier, a déclaré à Reuters une source proche du dossier.

Les cours du brut ont perdu perdent plus de 2% après que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont annoncé leur intention d’augmenter leurs capacités de production.

L’Opep a en outre abaissé nettement sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole cette année en raison du coronavirus, ajoutant que des révisions supplémentaires à la baisse pourraient encore intervenir.

Le Brent a abandonné 3,84% à 35,79 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a cédé 4,02% à 32,98 dollars.

Nicolas Delame

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below