February 25, 2020 / 9:39 PM / 4 months ago

Nouvelle séance noire à Wall Street où le coronavirus fait perdre 3,15%

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a nouvelle fois chuté mardi pour la quatrième séance consécutive, les investisseurs s’inquiétant de l’impact économique de l’épidémie de coronavirus qui gagne du terrain sur la surface du globe.

La Bourse de New York a nouvelle fois chuté mardi pour la quatrième séance consécutive. L'indice Dow Jones a cédé 3,15%. /Photo prise le 25 février 2020/REUTERS/Brendan McDermid

L’indice Dow Jones a cédé 879,44 points, soit 3,15%, à 27.081,36.

Le S&P-500, plus large, a perdu 97,68 points, soit 3,03%, à 3.128,21. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 255,67 points (-2,77%) à 8.965,61 points.

Sur quatre séances cumulées, il s’agit du plus fort recul en pourcentage depuis décembre 2018 pour les trois grands indices de Wall Street.

Si la situation en Chine semble avoir atteint un pic, selon l’OMS, le coronavirus progresse en revanche dans d’autres zones de la planète, notamment en Italie, en Iran et en Corée du Sud, et est apparu dans de nouveaux pays, comme l’Espagne ou la Suisse.

La séance avait pourtant débuté dans le vert à Wall Street mais les indices ont rapidement re-basculé en territoire négatif.

La tendance s’est accentuée quand le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) a recommandé aux Américains de commencer à se préparer à une propagation du coronavirus.

Même si le risque immédiat aux Etats-Unis reste faible, la situation globale suggère qu’une pandémie est probable. “Il ne s’agit plus de savoir si, mais quand et combien de personnes seront contaminées”, a souligné le Dr Anne Schuchat, directrice adjointe du CDC.

“Les inquiétudes sur les effets économiques du coronavirus se répandent et la voie de propagation est toujours inconnue. Il est donc logique que les marchés fassent un pas en arrière: de ce fait, les actions sont tombées de la falaise”, estime Thomas Lee, co-fondateur et directeur des études chez Fundstrat Global Advisors à New York.

Pour Jim Paulsen, du Leuthold Group de Minneapolis, l’épidémie a servi de “catalyseur” à une correction boursière qui était probablement déjà dans les tuyaux.

“L’issue la plus probable, ajoute-t-il, est que nous allons avoir un choc de croissance, principalement en Chine et pour d’autres entités qui lui sont directement liées, assurément des entreprises particulières comme Apple. Mais je pense que nous aurons probablement récupéré l’essentiel au deuxième et au troisième trimestres.”

L’indice NYSE Arca Airline a cédé plus de 5%, et sur quatre séances, son repli est sans précédent depuis octobre 2011. Les actions liées au secteur du transport et du tourisme souffrent particulièrement: Tripadvisor cède 4,76% et Norweigian Cruise Line Holdings lâche 7,68%.

“Quand la population réagit en ne voyageant plus, en n’allant plus au restaurant ou en cessant d’aller faire des courses, cela à un impact immédiat sur l’économie”, observe Randy Frederick, vice-président chez Charles Schwab à Austin, Texas.

Les prix du PETROLE ont également poursuivi leur repli.

Le baril de brut léger américain West Texas Intermediate (WTI) perd 3,07% à 49,85 dollars tandis que le baril de Brent finit la journée sur une perte de 2,75% à $54,75 le baril.

Sinéad Carew et Rodrigo Campos; version française Henri-Pierre André

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below