February 19, 2020 / 5:51 PM / a month ago

Nouveaux plus hauts pour les actions, espoirs sur la Chine

PARIS (Reuters) - Les actions européennes ont inscrit de nouveaux plus hauts mercredi, profitant du regain général d’optimisme sur l’évolution de l’épidémie de coronavirus en Chine et des espoirs de nouvelles mesures de soutien de Pékin à son économie.

Les actions européennes ont inscrit de nouveaux plus hauts mercredi. A Paris, le CAC 40 affiche en clôture une progression de 0,9% (54,42 points) après avoir inscrit, à 6.111,41, son plus haut niveau depuis juillet 2007. A Londres, le FTSE 100 a gagné 1% et à Francfort, le Dax a avancé de 0,79%. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

A Paris, le CAC 40 affiche en clôture une progression de 0,9% (54,42 points) à 6.111,24 points après avoir inscrit, à 6.111,41, son plus haut niveau depuis juillet 2007. A Londres, le FTSE 100 a gagné 1% et à Francfort, le Dax a avancé de 0,79%.

L’indice EuroStoxx 50 a pris 0,75%, le FTSEurofirst 300 0,76% et le Stoxx 600 0,83% à 433,9 points après un record à 433,9.

Si le mouvement général de hausse s’est amplifié après l’ouverture positive de Wall Street, il était déjà bien amorcé en matinée après la publication par les autorités chinoises d’un nouveau bilan de l’épidémie de coronavirus montrant une diminution du nombre de nouveaux cas d’infection pour le deuxième jour d’affilée, au plus bas depuis le 29 janvier, même si le nombre de décès dépasse désormais 2.000..

Certains investisseurs s’attendent par ailleurs à ce que la Banque populaire de Chine annonce jeudi une baisse de son taux préférentiel de prêt, trois jours après avoir réduit celui de sa facilité à moyen terme (MLF).

Ces facteurs entretiennent ainsi le regain d’optimisme et relèguent au second plan l’avertissement lancé par le Fonds monétaire international (FMI) sur le risque de voir l’épidémie compromettre une reprise mondiale toujours fragile.

A WALL STREET

Wall Street restait bien orientée au moment de la clôture en Europe: le Dow Jones gagnait 0,46%, le Standard & Poor’s 500 0,58% et le Nasdaq Composite 0,9%. Ces deux derniers ont inscrit des records dès l’ouverture.

VALEURS

Illustrant l’inclinaison des investisseurs à privilégier les bonnes nouvelles et à occulter les mauvaises, Puma a bondi de 11,33%, la plus forte hausse du Stoxx 600, après avoir réaffirmé ses prévisions pour 2020 et publié des trimestriels meilleurs qu’attendu malgré l’impact prévisible de l’épidémie sur ses ventes en Chine. Son actionnaire français Kering a pris 2,79%.

La meilleure performance du CAC 40 est pour STMicroelectronics (+4,42%) dans le sillage du secteur américain des semi-conducteurs après les résultats biens accueillis d’Analog Devices (+4,61%).

Renault a touché en matinée un nouveau plus bas de près de huit ans après la rétrogradation par Moody’s de sa note de crédit en catégorie spéculative mais le titre a ensuite effacé ses pertes pour finir sur un gain de 2,76%. Le titre évolue près de 20% en dessous de l’objectif de cours médian des analystes selon les données de Refinitiv.

A la baisse, Atos a cédé 3,53%, le recul le plus marqué du CAC 40, après l’annonce d’un bénéfice d’exploitation annuel inférieur aux attentes.

La lanterne rouge du SBF 120 est pour Technicolor, qui a chuté de 14,56%, la publication des résultats annuels ayant amplifié la dégringolade du titre (-52% en quatre séances) déclenchée vendredi par l’annonce d’un projet d’augmentation de capital.

LES INDICATEURS DU JOUR

En Europe, l’inflation britannique s’est accélérée en janvier et a dépassé les attentes pour atteindre son plus haut niveau depuis six mois, à 1,8% en rythme annuel après +1,3% en décembre.

Aux Etats-Unis, les prix à la production ont enregistré le mois dernier leur plus forte hausse depuis plus d’un an (+0,5% sur un mois), portant leur progression en rythme annuel à 2,1%; parallèlement, les mises en chantier de logements ont reculé moins que prévu (-3,6%) et le nombre de permis de construire a atteint son plus haut niveau depuis près de 13 ans.

CHANGES

Sur le marché des devises, le regain d’appétit pour le risque fait perdre près de 1% au yen, tombé à son plus bas niveau depuis neuf mois face au dollar.

L’euro, toujours plombé par les récents signes de ralentissement économique en Europe, n’est que brièvement repassé au-dessus de 1,08 dollar, un seuil sous lequel il était passé mardi pour la première fois depuis avril 2017.

La livre sterling souffre elle aussi, les interrogations sur les négociations commerciales entre Londres et l’Union européenne occultant l’accélération de l’inflation.

Le dollar en profite pour amplifier sa progression face à un panier de référence et pour évoluer au plus haut depuis mai 2017.

TAUX

Privés de leur attrait de valeur refuge, qui les a portés ces derniers jours, les marchés obligataires sont pratiquement stables: le rendement du Bund allemand à dix ans a fini la journée à -0,414% et son équivalent américain s’affiche à 1,5661%.

Le marché américain pourrait toutefois réagir au compte rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale, attendu à 19h00 GMT.

PÉTROLE

Le ralentissement apparemment de l’épidémie en Chine, premier importateur mondial de brut, profite aussi au marché pétrolier: le Brent gagne 2,58% à 59,24 dollars le baril et s’achemine vers sa septième séance consécutive de hausse tandis que le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 2,4% à 53,30 dollars.

Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below