February 18, 2020 / 12:38 PM / a month ago

L'avertissement d'Apple devrait faire souffrir Wall Street

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en baisse et les Bourses européennes reculent mardi à mi-séance, les craintes liées à l’impact économique du coronavirus, renforcées par l’avertissement du géant Apple sur ses résultats, coupant l’appétit des investisseurs pour les actifs risqués.

Les Bourses européennes reculent mardi à mi-séance. À Paris, le CAC 40 cède 0,53% à 6.053,91 points vers 12h15 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,8% et à Londres, le FTSE abandonne 1,01%. /Photo d'archives/REUTERS/Peter Nicholls

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en repli de 0,5% pour le S&P 500, de 0,6% pour le Dow Jones et de 0,75% pour le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 cède 0,53% à 6.053,91 points vers 12h15 GMT. À Francfort, le Dax perd 0,8% et à Londres, le FTSE abandonne 1,01%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 recule de 0,56%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,6% et le Stoxx 600 de 0,56%.

Apple a averti lundi soir qu’il n’atteindrait vraisemblablement pas ses prévisions de résultats pour le trimestre clos à fin mars en raison de l’épidémie de coronavirus en Chine, qui affecte à la fois la production de l’iPhone et la demande pour ses produits.

L’avertissement d’Apple porte un coup à l’optimisme des investisseurs et à la remontée des actions, suite aux nouvelles mesures de soutien annoncées par Pékin lundi.

Dans ce contexte, l’annonce d’un nombre quotidien de nouveaux cas de coronavirus, tombé pour la première fois sous le seuil de 2.000, ou la confiance affichée de Pékin dans sa capacité à atteindre son objectif de croissance annuel, ne suffisent pas à rassurer.

LES VALEURS À SUIVRE À WALL STREET

Le secteur américain des hautes technologies et celui des semi-conducteurs devraient souffrir logiquement après l’avertissement d’Apple, qui perd plus de 3% dans les échanges avant-Bourse.

VALEURS EN EUROPE

Les fournisseurs européens du groupe à la pomme sont en nette baisse, notamment ASML (-1,61%), STMicroelectronics (-1,63%), AMS (-3,54%) et Dialog Semiconductor (-4,64%).

L’indice Stoxx européen de la technologie perd 1,14%.

D’autres secteurs exposés à la Chine, comme l’automobile et les ressources de base, perdent entre 1,6% et 2%.

Parallèlement, à Paris, Alstom cède 4,65% au lendemain de la présentation de son projet de reprise des activités ferroviaires du canadien Bombardier, qui a conduit JPMorgan à abaisser sa recommandation sur la valeur.

Le secteur bancaire est quant à lui animé par une actualité nourrie: à Londres, HSBC chute de 6,74% après l’annonce d’une vaste restructuration impliquant la suppression de 35.000 postes alors qu’à Milan, UBI Banca bondit de plus de 20%, le marché saluant l’offre d’achat présentée dans la nuit par Intesa Sanpaolo, qui s’adjuge 2,54%.

La plus forte hausse du CAC 40 est pour Carrefour (+2,32%) après le relèvement de la recommandation de Goldman Sachs, passé à l’achat.

TAUX

Les obligations souverains bénéficient de l’aversion pour les actifs plus risqués. Le rendement des emprunts d’Etat américains perd plus de quatre points de base à 1,5440% après avoir reculé à un creux de deux semaines à 1,5370%.

Le rendement du Bund allemand à 10 ans, taux de référence de la zone euro, abandonne deux points de base pour descendre vers -0,416%, proche lui aussi d’un plus bas depuis le 4 janvier, à -0,432%. Pour ne rien arranger, la statistique majeure de la matinée montre que le sentiment des investisseurs allemand s’est dégradé bien plus qu’attendu depuis le début du mois de février en raison des craintes de voir l’épidémie de coronavirus en Chine freiner le commerce mondial.

CHANGES

Le dollar avance de 0,2% contre un panier de devises internationales mais cède 0,15% face au yen, valeur refuge traditionnelle.

L’euro, à 1,0819 dollar, reste proche d’un plus bas de trois ans, la baisse plus forte que prévu de l’indice mesurant le sentiment des analystes allemands s’ajoutant au pessimisme quant aux perspectives de la première économie d’Europe.

La livre sterling s’est retournée à la hausse après la confirmation par le ministre britannique des Finances, Rishi Sunak, de la présentation le 11 mars du premier projet de budget “post-Brexit”, dissipant les spéculations sur un éventuel report.

La devise britannique gagne 0,25% contre le dollar et 0,3% contre l’euro.

PÉTROLE

Les cours pétroliers sont en baisse, souffrant des craintes liées à l’impact du coronavirus sur la demande mondiale. Le brut léger américain (WTI) perd 1,77% à 51,13 dollars et le Brent 1,98% à 56,53 dollars le baril.

MÉTAUX

Le regain d’attrait des valeurs refuges profite logiquement à l’or (+0,4%) qui a atteint un pic de deux semaines de 1.589,40 dollars l’once.

Laetitia Volga, édité par Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below