February 10, 2020 / 5:24 PM / 5 months ago

L'Europe finit en baisse, le coronavirus plombe toujours les actifs à risque

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini la séance de lundi dans le rouge mais loin de leur plus bas du jour, le sentiment de marché restant fragile face aux incertitudes liées à l’évolution du coronavirus.

Les Bourses européennes ont fini la séance de lundi dans le rouge mais loin de leur plus bas du jour, le sentiment de marché restant fragile face aux incertitudes liées à l'évolution du coronavirus. À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,23% à 6.015,67 points après avoir cédé 0,6% en séance. Le Footsie britannique a cédé 0,27% et le Dax allemand a abandonné 0,15%. /Photo prise le 10 février 2020/REUTERS

À Paris, le CAC 40 a terminé en baisse de 0,23% à 6.015,67 points après avoir cédé 0,6% en séance.

Le Footsie britannique a cédé 0,27% et le Dax allemand a abandonné 0,15%.

L’indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,14% tandis que le FTSEurofirst 300 a pris 0,05% et le Stoxx 600 0,07%.

Une équipe d’experts internationaux placée sous l’égide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est envolée pour Pékin afin d’enquêter sur l’épidémie de coronavirus en Chine, où le bilan a atteint 908 morts et plus de 40.000 cas de contamination.

Le bilan de l’épidémie est désormais supérieur à celui du Sras, qui avait fait 774 morts à travers le monde en 2002-2003.

“Les investisseurs sont assez inquiets de l’impact négatif du coronavirus sur l’économie mondiale”, a déclaré Peter Cardillo, économiste chez Spartan Capital Securities.

Après des congés du nouvel an lunaire exceptionnellement prolongés, les autorités chinoises ont toutefois assoupli certaines restrictions imposées pour lutter contre le virus et ont autorisé plusieurs usines à reprendre leur activité.

VALEURS

Parmi les baisses sectorielles les plus marquées figurent l’indice Stoxx du pétrole et du gaz (-1,39%) et de l’automobile (-0,8%), particulièrement exposés au risque de ralentissement économique en Chine.

A Paris, TechnipFMC, lanterne rouge du CAC 40, a perdu 3,70% devant PSA (-2,32%) et Renault (-1,95%).

A Milan, Exor, la holding financière de la famille Agnelli, a gagné 4,08% après avoir confirmé être en discussions exclusives avec le groupe français Covéa en vue d’une vente du réassureur Partner Re, une opération dont le montant pourrait avoisiner neuf milliards de dollars selon une source proche du dossier. Scor, qui avait résisté pendant de longs mois à une offre d’achat de Covéa, a perdu 2,37% après cette annonce.

A WALL STREET

Après une ouverture dans le rouge, Wall Street repartait à Paris au moment de la clôture européenne: le Dow Jones gagnant 0,21% et le Standard & Poor’s 500 avançant de 0,33%. Le Nasdaq Composite (+0,62%) évoluait à un plus haut record, à 9.851,61 points.

Aux valeurs, la constructeur de véhicules électriques Tesla grimpait de 2,86% après l’annonce de la reprise de la production dans son usine de Shanghai.

Plus forte baisse du Dow Jones, Apple perdait 0,33% après avoir cédé en séance près de 2%, des analystes estimant que les ventes de smartphones en Chine pourraient subir une chute atteignant 50% au premier trimestre en raison des perturbations dans la production et la distribution liées à l’épidémie de coronavirus.

CHANGES

Sur le marché des devises, le dollar, profitant de son statue de valeur refuge, gagne du terrain (+0,15%) face à un panier de référence. L’euro tombe dans le même temps à un plus bas depuis début octobre, à 1,0914 dollar.

La monnaie unique fait par ailleurs toujours les frais de l’annonce vendredi de la chute de la production industrielle allemande, qui réveille les craintes de récession de la première économie d’Europe.

TAUX

Les incertitudes concernant le coronavirus profite au marché obligataire européen où le rendement du Bund allemand à dix ans a cédé environ trois points de base à -0,412%.

Aux Etats-Unis, le dix ans américain évolue autour de 1,56%, un niveau qu’il n’avait pas atteint depuis six jours.

PÉTROLE

Les cours du brut sont en repli, affectés par le ralentissement de la demande chinoise de pétrole. Le baril du brut léger américain perd 0,89% à 49,87 dollars et celui du Brent 1,6% sous 54 dollars.

Laetitia Volga, édité par Jean-Michel Belot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below