February 3, 2020 / 9:23 AM / 2 months ago

Hésitation en Europe après la débâcle des actions chinoises

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes tentent de rebondir lundi malgré la débâcle des marchés chinois, qui prennent de plein fouet l’impact du coronavirus après avoir été fermés toute la semaine dernière pour cause de Nouvel An lunaire.

Les principales Bourses européennes tentent de rebondir lundi malgré la débâcle des marchés chinois. À Paris, l'indice CAC 40 prend 0,09% à 5.811,51 points vers 08h45 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,2% et à Londres, le FTSE progresse de 0,03%. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

À Paris, l’indice CAC 40 prend 0,09% à 5.811,51 points vers 08h45 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,2% et à Londres, le FTSE progresse de 0,03%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro avance de 0,13%, le FTSEurofirst 300 et le Stoxx 600 étant quasiment inchangés.

La tendance pourrait évoluer après la publication dans la matinée des enquêtes mensuelles auprès des directeurs d’achat (PMI) sur l’activité du secteur manufacturier en Europe.

L’épidémie de coronavirus, qui menace d’amplifier le ralentissement de l’économie chinoise et d’avoir des conséquences sur la croissance mondiale, a fait 361 morts en Chine, où plus de 17.000 personnes ont été contaminées, selon le dernier bilan fourni par les autorités de Pékin.

Les Philippines ont signalé dimanche le premier décès hors de Chine d’une personne ayant contracté le virus, que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a qualifié jeudi d’urgence de santé publique de portée internationale.

EN ASIE

La Bourse de Tokyo a perdu plus de 1% mais c’est en Chine, où les marchés financiers ont rouvert leurs portes, que le recul est le plus marqué.

L’indice CSI 300 des principales valeurs de Chine continentale perd 7% et ce, malgré l’annonce par les autorités chinoises de la baisse de taux à court terme et de l’injection sur les marchés de 1.200 milliards de yuans (154,3 milliards d’euros).

L’indice SSE Composite de la Bourse de Shanghai a cédé jusqu’à 8% pour toucher un creux d’un an, subissant sa plus forte baisse en pourcentage sur une séance depuis 2015.

“Alors que les indices mondiaux ont souffert toute la semaine dernière, les marchés en Chine étaient fermés à l’occasion de la semaine de congés qui suit traditionnellement le Nouvel An et subissent aujourd’hui le contrecoup”, explique Vincent Boy, analyste marchés chez IG France.

“L’activité en Chine pourrait rester morose, alors que la plupart des entreprises du pays garderont leurs portes fermées jusqu’au 9 février au moins et cela devrait impacter encore un peu plus les statistiques économiques du pays, déjà sous pression”, écrit-il dans une note.

Comme pour illustrer ces propos, l’activité dans le secteur manufacturier en Chine a progressé en janvier à son rythme le plus faible en cinq mois, montrent les résultats publiés lundi de l’enquête réalisée par Caixin/Markit auprès des directeurs d’achats (PMI).

VALEURS EN EUROPE

En Bourse en Europe, la plupart des indices sectoriels sont dans le vert, à l’exception notable de compartiment des ressources de base, qui cède 0,51%.

Aux valeurs individuelles, Ingenico bondit de 11,41%, la plus forte hausse du Stoxx 600, après l’annonce de son rachat amical par Worldline afin de créer le quatrième acteur mondial sur le marché des services de paiements et un champion européen du secteur.

L’action Worldline perd 3,92%, les investisseurs jugeant vraisemblablement trop élevé le montant payé pour l’opération, qui valorise Ingenico à 7,8 milliards d’euros.

A WALL STREET

Les principaux indices new-yorkais ont tous perdu plus de 1,5% vendredi, une journée marquée par un regain de pessimisme sur les marchés face aux répercussions potentielles de l’épidémie de coronavirus sur la croissance mondiale.

La publication de statistiques mitigées de l’économie américaine n’a pas permis de renverser la tendance, pas plus que les résultats de grands groupes, pas tous aussi flamboyants que ceux d’Amazon, l’un des rares titres à tirer véritablement son épingle du jeu.

Le Dow Jones a fini en recul de 2,09% à 28.256,03 points.

Le S&P-500, plus large, a subi ses plus lourdes pertes depuis le 2 octobre, soit -1,77%, à 3.225,52 points. L’indice est 3% en dessous de son plus haut niveau historique atteint le 22 janvier.

Le Nasdaq Composite a pour sa part cédé 1,59% à 9.150,94 points.

TAUX

Si le rendement des Treasuries à 10 ans paraît se stabiliser autour de 1,256% dans les échanges en Asie après avoir beaucoup baissé, les rendements des emprunts d’Etat chinois s’écroulent, celui des obligations à 30 ans perdant 18,5 points de base à 3,36%.

CHANGES

Sur le marché des changes, le yen, valeur refuge par excellence, se maintient à proximité d’un pic de trois semaines et demi face après avoir pris 1,5% depuis deux semaines.

PÉTROLE

Les cours du pétrole réduisent leurs pertes après avoir beaucoup baissé. Le Brent de mer du Nord perd 0,37% à 56,25 dollars le baril et le brut léger américain est quasiment stable à 51,54 dollars le baril.

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below