January 27, 2020 / 9:20 AM / 23 days ago

Les actions européennes voient rouge, le coronavirus fait peur

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes baissent nettement lundi, les craintes concernant l’épidémie de coronavirus conduisant les investisseurs à délaisser les actifs risqués au profit des valeurs refuges.

Les principales Bourses européennes baissent nettement lundi. À Paris, l'indice CAC 40 perd 1,39%. À Francfort, le Dax cède 1,33% et à Londres, le FTSE abandonne 1,49%. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

À Paris, l’indice CAC 40 perd 1,39% à 5.940,26 points vers 08h30 GMT. À Francfort, le Dax cède 1,33% et à Londres, le FTSE abandonne 1,49%.

L’indice EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 1,15%, le FTSEurofirst 300 de 1,43% et le Stoxx 600 de 1,22%.

Le bilan de l’épidémie de coronavirus s’est alourdi lundi à 81 morts en Chine, où le gouvernement a allongé les vacances du nouvel an pour tenter de juguler la propagation de la maladie suscitant des craintes parmi les voyagistes du monde entier.

Les autorités sanitaires à travers le monde sont engagées dans une course contre la montre après l’apparition de plusieurs cas en-dehors de la Chine, notamment en Thaïlande, en Australie, aux Etats-Unis et en France.

Le maire de Wuhan, épicentre de l’épidémie, s’attend à un millier de nouveaux cas dans la ville qui va intensifier la construction d’hôpitaux dédiés.

Avant l’émergence du coronavirus, les marchés d’actions évoluaient à des niveaux élevés, voire à des records pour certains indices, rappelle l’analyste Michael Hewson (CMC Markets).

“Certains traders s’interrogeaient sur les valorisations tendues des actions et la peur entourant la crise sanitaire leur sert maintenant d’excuse pour enlever de l’argent de la table”, fait-il valoir.

Dans ce contexte tendu, les investisseurs accorderont tout de même une attention discrète à l’indice Ifo sur le climat des affaires en Allemagne (09h00 GMT).

VALEURS:

Dans les premiers échanges en Europe, les valeurs du luxe et des transports, très exposées à la Chine, souffrent logiquement: LVMH perd 2,95%, Hermès 2,19%, Kering 2,77% et Air France 4,11%.

La plus forte baisse du CAC est pour Accor (-3,93%).

ArcelorMittal (-3,7%) recule fortement pour les mêmes raisons.

Tous les indices sectoriels sont nettement dans le rouge, avec des baisses particulièrement marquées pour les ressources de base (-3,14%) ainsi que pour les transports et les loisirs(-2,95%).

EN ASIE

L’aversion au risque est forte également en Asie où la Bourse de Tokyo a perdu plus de 2%.

L’indice MSCI regroupant les valeurs d’Asie et du Pacifique (hors Japon) cède 0,2%, une perte atténuée par la fermeture des marchés chinois pour le Nouvel An lunaire.

A WALL STREET

L’indice Dow Jones a cédé vendredi 170,36 points, soit 0,58%, à 28.989,73 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 30,07 points (0,90%) à 3.295,47 et le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 87,57 points (0,93%) à 9.314,91 points.

Sur l’ensemble de la semaine dernière, le Dow et le S&P ont perdu chacun plus de 1%, leur plus mauvaise performance hebdomadaire depuis mi-août.

Contre la tendance lors de la séance de vendredi, Intel a bondi de plus de 8%, porté par des prévisions annuelles supérieures aux attentes.

CHANGES

A Tokyo, les valeurs exportatrices ont souffert de l’appréciation du yen, repli traditionnel lors des épisodes d’aversion au risque. La devise japonaise a pris jusqu’à 0,5% face au dollar pour toucher un pic de deux semaines et demi avant de s’apaiser.

Le dollar est stable face à un panier de devises de référence dont l’euro, qui progresse légèrement, autour de 1,1035.

TAUX

Le repli vers les actifs jugés les plus sûrs profite logiquement aux emprunts d’Etat, à commencer par les Treasuries à 10 ans, dont le rendement perd près trois points de base à 1,6493% dans les échanges en Asie.

Dans les premières transactions en Europe, le Bund allemand à 10 ans cède 1,5 point de base à -0,345%.

Comme plusieurs obligations souveraines de la zone euro, l’OAT française à 10 ans a touché en début de séance un creux de trois mois, à -0,083%.

PÉTROLE

Autre signe de l’aversion au risque, les deux contrats de référence sur le brut perdent plus de 2%, à 59,31 dollars le baril pour le Brent de mer du Nord et 52,91 pour le brut léger américain (WTI).

édité par

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below