January 7, 2020 / 5:24 PM / 6 months ago

Les actions se cherchent une tendance, la tension retombe

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé mardi, tiraillées entre la prudence et un regain d’appétit pour le risque en l’absence de représailles concrètes de l’Iran après la mort d’un dignitaire du régime de Téhéran tué par une frappe de l’armée américaine.

Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé mardi. À Paris, le CAC 40 a fini pratiquement inchangé (-0,02%). A Londres, le FTSE 100 a abandonné 0,05% alors qu'à Francfort, le Dax progressait de 0,76%. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski

À Paris, le CAC 40 a fini pratiquement inchangé (-0,02%) à 6012,35 points. A Londres, le FTSE 100 a abandonné 0,05% alors qu’à Francfort, le Dax progressait de 0,76%.

L’indice EuroStoxx 50 a gagné 0,18%, le FTSEurofirst 300 0,24% et le Stoxx 600 0,25%.

Ce dernier avait perdu 0,74% sur les deux séances précédentes après la mort du général iranien Qassem Soleimani vendredi en Irak.

Téhéran étudie 13 scénarios différents de “vengeance” selon l’agence de presse iranienne Fars, qui cite le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale. Mais l’absence de riposte concrète à ce stade a favorisé le retour sur les actifs risqués tandis que les valeurs défensives cédaient du terrain.

Le CAC a gagné jusqu’à 0,87% en début de séance mais il a ensuite effacé ses gains, pour repasser en territoire négatif au moment de l’ouverture de Wall Street.

“Le fait que le rebond n’ait pas duré très longtemps suggère que les traders restent nerveux. Le bras de fer entre les Etats-Unis et l’Iran continue et la situation n’a pas beaucoup évolué”, explique David Madden, analyste de CMC Markets.

Les investisseurs se préparent aussi aux publications de résultats du quatrième trimestre, qui débuteront dans une semaine. Selon le consensus Refinitiv, le marché anticipe un repli de 0,6% sur un an des bénéfices du Standard & Poor’s 500 américain et une hausse de 2,5% seulement de ceux du Stoxx 600.

VALEURS

Les valeurs technologiques européennes ont soutenu la tendance, profitant de l’élan donné par le Nasdaq lundi et de recommandations favorables sur les groupes américains Micron Technology (+6,77%) et Western Digital (+6,21%).

Leur indice Stoxx a fini la journée sur une hausse de 1,32%. Dans le secteur des semi-conducteurs, Infineon a pris 4,96% à Francfort et STMicroelectronics 2,5% à Paris.

A la baisse, on trouve les secteurs défensifs des services aux collectivités (“utilities”) (-0,58%), de l’alimentation et des boissons (-0,39%) et des télécommunications (-0,26%) ainsi que celui du pétrole et du gaz, pénalisé par le repli des cours du brut (-0,74%).

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait sans tendance claire, le Dow Jones cédant 0,18% et le Standard & Poor’s 500 0,15% alors que le Nasdaq Composite prenait 0,16%.

LES INDICATEURS DU JOUR

En Europe, l’inflation dans la zone euro s’est accélérée en décembre à 1,3% en rythme annuel selon la première estimation d’Eurostat et les ventes au détail ont dépassé les attentes avec une hausse de 1,0% sur un mois et de 2,2% sur un an.

Aux Etats-Unis, le déficit commercial a reculé en novembre pour revenir à son plus bas niveau depuis près de trois ans à 43,1 milliards de dollars (38,6 milliards d’euros) avec la baisse des importations et un rebond des exportations.

L’indice ISM d’activité du secteur des services a par ailleurs dépassé les attentes pour atteindre, à 55,0, son plus haut niveau depuis août.

Les commandes à l’industrie ont diminué de 0,7% en novembre.

CHANGES

Le yen et le franc suisse, qui avaient profité lundi de la poussée d’aversion au risque, ont cédé du terrain, principalement face au dollar.

La devise américaine, également soutenue par les indicateurs économiques américains du jour, est en hausse de 0,41% face à un panier de devises de référence, effaçant ses pertes des deux séances précédentes.

La progression du billet vert fait retomber l’euro à 1,1135 dollar, la monnaie unique ne parvenant pas à bénéficier des chiffres supérieurs aux attentes de l’inflation et des ventes au détail en zone euro.

TAUX

Sur les marchés obligataires, l’heure est à la stabilisation des rendements après la baisse marquée favorisée vendredi et lundi par le repli sur les actifs les moins risqués.

En Europe, celui du Bund allemand à dix ans est pratiquement inchangé en fin de séance à -0,28% après avoir touché en séance lundi un plus bas de trois semaines à -0,311%.

Côté américain, le rendement des Treasuries à dix ans s’affiche à 1,81%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier cède une partie de ses gains des deux séances précédentes, les investisseurs revoyant à la baisse la probabilité de perturbations importantes du marché mondial.

Le Brent, qui avait atteint lundi son plus haut niveau depuis septembre, abandonne 1,22% à 68,07 dollars le baril après avoir cédé jusqu’à 1,5% et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 1,14% à 62,55 dollars après être revenu à 62,30 contre 64,72 au plus haut lundi.

Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below