January 3, 2020 / 9:37 PM / 22 days ago

Wall Street freinée par les tensions au Moyen-Orient

NEW YORK (Reuters) - La Bourse de New York a reflué vendredi après ses records de la veille, les investisseurs étant incités à la prudence après l’assassinat ciblé par les Etats-Unis d’un important général iranien, que Téhéran a promis de venger.

La Bourse de New York a reflué vendredi après ses records de la veille. L'indice Dow Jones a cédé 0,81%. Le S&P-500, plus large, a perdu 0,71%. /Photo d'archives/REUTERS/Lucas Jackson

L’annonce d’une contraction plus forte que prévu de l’activité du secteur manufacturier aux Etats-Unis en décembre a aussi pesé sur la tendance.

L’indice Dow Jones a cédé 233,92 points, soit 0,81%, à 28.634,88. Le S&P-500, plus large et principale référence des investisseurs, a perdu 23 points, soit 0,71%, à 3.234,85.

Le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, a reculé de son côté de 71,42 points (-0,79%) à 9.020,77 points.

L’assassinat ciblé en Irak du général Qassem Soleimani, commandant de la force Al Qods, l’unité d’élite des Gardiens de la révolution, et les menaces de vengeance formulées par l’Iran ont provoqué un repli vers les valeurs refuges et les secteurs défensifs et une hausse de plus de 3% des cours du pétrole, pénalisant les compagnies aériennes et les constructeurs automobiles.

A l’inverse, les groupes de défense Northrop Grumman et Lockheed Martin ont profité de ces tensions pour gagner respectivement 5,43% et 3,58%.

La crainte d’un embrasement au Moyen-Orient a aussi fait reculer les rendements des emprunts du Trésor américain, le 10 ans touchant un plus bas depuis le 12 décembre, ce dont ont souffert les valeurs bancaires comme Bank of America (-2,07%) ou Citigroup (-1,88%).

Cette poussée de fièvre entre les Etats-Unis et l’Iran pourrait toutefois n’avoir qu’un impact limité dans le temps sur les marchés, pense Wayne Wicker, responsable de l’investissement chez Vantagepoint Investment Advisers. “Nous avons connu de nombreux conflits ces 20 dernières années et ils ont essentiellement eu un impact de court terme”, dit-il.

Alors que la hausse des cours du pétrole a pénalisé les constructeurs traditionnels comme General Motors (-2,84%) ou Ford (-2,23%), Tesla s’est distingué avec un gain de 2,96% à 443,01 dollars après un record en séance à 454 dollars.

Le constructeur de voitures électriques a fait état vendredi de livraisons supérieures aux attentes de Wall Street. Elles ont dépassé sa propre estimation basse sur l’ensemble de l’année.

version française Bertrand Boucey

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below