January 3, 2020 / 6:06 PM / 24 days ago

L'Europe finit dans le désordre et le pétrole grimpe avec les tensions USA-Iran

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé vendredi sur fond de hausse des cours de pétrole après la mort d’un important général iranien tué par des frappes américaines, ravivant les tensions géopolitiques et un repli sur les valeurs refuges.

Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé vendredi. À Paris, le CAC 40 a terminé en petite hausse de 0,04%. Le Footsie britannique a gagné 0,24% et le Dax allemand a reculé lui de 1,25%. /Photo prise le 3 janvier 2020/REUTERS

À Paris, le CAC 40 a terminé en petite hausse (+0,04%) à 6.044,16 points et le Footsie britannique a gagné 0,24%, soutenus par la hausse du secteur de l’énergie.

Le Dax allemand a reculé lui de 1,25%.

L’indice EuroStoxx 50 a perdu 0,52%, le FTSEurofirst 300 a cédé 0,17% et le Stoxx 600 a abandonné 0,33%.

L’Iran a promis vendredi de venger la mort du général Qassem Soleimani, fer de lance de l’influence militaire de Téhéran au Moyen-Orient, tué dans une frappe menée en Irak à la demande de Donald Trump.

Washington soupçonnait Qassem Soleimani d’avoir “orchestré” des attaques contre des bases de la coalition en Irak ces derniers mois et le tenait pour responsable des “attaques” survenues cette semaine contre l’ambassade américaine à Bagdad.

“La géopolitique est revenue sur la table et elle peut avoir un sérieux impact sur plusieurs classes d’actifs. Ce qui est essentiel, c’est de savoir comment se dérouleront les prochains jours. La réaction de l’Iran puis la réponse américaine détermineront si la géopolitique deviendra une réelle thématique pour les marchés”, a déclaré Salman Ahmed chez Lombard Odier.

Ce contexte de tensions s’est traduit par une hausse des indices mesurant la volatilité: celui du S&P-500, le Vix, et celui de l’EuroStoxx 50 ont touché en séance un plus haut de plus de trois semaines.

VALEURS

En Europe, la hausse sectorielle la plus marquée est revenue à l’indice lié au pétrole et au gaz (+1,13%), permettant au Footsie et, dans une moindre mesure, au CAC 40 de finir la séance dans le vert.

Royal Dutch Shell et BP ont gagné respectivement 1,86% et 2,75%. A Paris, Total (+1,13%) a fini deuxième du CAC devant TechnipFMC (+1,06%).

A l’inverse, la montée des cours pétroliers a fait souffrir les compagnies aériennes: Air France-KLM, lanterne rouge du Stoxx 600, a cédé 7,92% et Lufthansa a perdu 6,53%. A Londres, EasyJet et IAG ont cédé respectivement 3,36% et 1,70%.

TAUX

L’aversion au risque qui affecte les Bourses mondiales profite logiquement au marché obligataire dont les rendements continuent de reculer.

Ainsi, le rendement des Treasuries à 10 ans perd sept points de base à 1,8142%, un plus bas de trois semaines. Le Bund à 10 ans a vu son rendement finir la séance à -0,28%, un plus bas de deux semaines.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, les trois indices phares de Wall Street étaient en baisse: le Dow Jones perdait 0,59%, le Standard & Poor’s 500 reculait de 0,44% et le Nasdaq Composite de 0,6%.

Le secteur financier (-0,84%) est pénalisé par la baisse des rendements obligataires: Bank of America perdait 1,7%, Citigroup 1,4% et JPMorgan 1,1%.

CHANGES

Le yen, valeur refuge traditionnelle sur le marché des changes, s’apprécie de 0,6% contre le dollar, face auquel il a inscrit un plus haut de deux mois. Le franc suisse a touché dans la matinée un pic de quatre mois face à l’euro.

Le dollar a un temps profité de son statut de valeur refuge pour prendre en séance jusqu’à 0,3% face à un panier de devises internationales mais il est passé dans le rouge en réaction à la baisse inattendue de l’activité du secteur manufacturier américain, tombée à son plus faible niveau depuis 10 ans.

L’euro se stabilise autour de 1,117 après être tombé sous 1,112 en séance.

PETROLE

L’annonce de la mort du général Qassem Soleimani et les risques d’escalade entre Teheran et Washington font craindre des perturbations d’approvisionnement de brut.

Le Brent gagne près de 3% à 67,96 dollars le baril, proche d’un plus haut de quatre mois, et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 2,09% à 62,46 dollars le baril.

MÉTAUX

Dans un tel contexte, le cours de l’once d’or (+1,23%) monte pour atteindre un plus haut de quatre mois à 1.547,73 dollars.

Édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below