December 30, 2019 / 1:18 PM / 3 months ago

Calme en vue à Wall Street, repli en Europe

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue stable lundi et les Bourses européennes reculent à mi-séance, l’absence de volumes et l’approche de la fin de l’année favorisant les prises de bénéfice après les plus hauts inscrits la semaine dernière sur fond d’optimisme pour la croissance et le commerce international.

Les Bourses européennes reculent à mi-séance. A Paris, le CAC 40, qui a atteint vendredi un nouveau plus haut de plus de 12 ans, perd 0,29% à 6.020,08 points à 11h05 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,53% et à Londres, le FTSE 100 recule de 0,36%. /Photo d'archives/REUTERS/Kai Pfaffenbach

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais suggèrent une ouverture pratiquement inchangée. Vendredi, le Dow Jones, le Standard & Poor’s 500 et le Nasdaq Composite ont de nouveau atteint des plus hauts historiques, le Nasdaq enregistrant sa onzième séance consécutive de progression.

Le S&P 500 affiche pour l’instant une hausse de 29,2% sur l’ensemble de 2019, sa meilleure performance depuis 2013.

A Paris, le CAC 40, qui a atteint vendredi un nouveau plus haut de plus de 12 ans, perd 0,29% à 6.020,08 points à 11h05 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,53% et à Londres, le FTSE 100 recule de 0,36%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est en baisse de 0,38%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,38% et le Stoxx 600 de 0,36%.

“Les volumes sont inférieurs d’environ 50% à la moyenne et les gens traitent aussi peu que possible; il y a un peu de prises de bénéfice et un peu d’habillage de portefeuille de fin d’année”, résume Mark Taylor, trader chez Mirabaud.

Le repli de cette avant-dernière séance de l’année en Europe (la dernière en Allemagne, la dernière complète pour les autres grandes places européennes) ne remet pas en cause la qualité du cru boursier 2019 puisque le Stoxx 600 s’achemine vers une hausse de près de 24% et le CAC 40 vers un gain de plus de 27%, la meilleure performance depuis dix ans pour le premier, depuis 20 ans pour le second.

La seule nouvelle macroéconomique du jour n’a pas surpris les investisseurs puisque la croissance de l’économie espagnole a été confirmée à 0,4% au troisième trimestre.

VALEURS EN EUROPE

La quasi-totalité des indices sectoriels européens Stoxx évoluent dans le rouge, les baisses les plus marquées affectant l’automobile (-0,77%), les télécommunications (-0,73%) et les matières premières (-0,54%).

EssilorLuxottica accuse la plus forte baisse du CAC 40 parisien, un repli de 1,69%, après l’annonce de la découverte d’une fraude comptable dans une filiale en Thaïlande qui devrait amputer le résultat opérationnel 2019 de quelque 190 millions d’euros.

A la hausse, le groupe parapétrolier CGG prend 3,47% après avoir dit s’attendre à un flux de trésorerie net 2019 positif et supérieur à ses attentes.

TAUX

Malgré le repli des actions en Europe, le marché des emprunts d’Etat reste orienté à la baisse, poursuivant sur la tendance à l’oeuvre depuis septembre, nourrie par l’optimisme sur la croissance et l’évolution du conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine.

Le rendement du Bund allemand à dix ans a atteint son plus haut niveau depuis début juin à -0,186% et son équivalent français est monté à 0,121%, là encore au plus haut depuis plus de six mois.

L’un et l’autre s’acheminent néanmoins vers leur plus forte baisse annuelle depuis cinq ans, de près de 45 points de base pour le Bund.

CHANGES Le dollar est orienté à la baisse pour la troisième séance consécutive, l’indice mesurant ses fluctuations face à un panier de devises de référence affichant un repli de 0,09%.

L’euro en profite pour évoluer au plus haut depuis le mois d’août, autour de 1,12 dollar après un pic à 1,1210.

La livre sterling gagne pour sa part 0,33% face au dollar mais elle est quasi stable face à l’euro.

PÉTROLE

Les cours du pétrole évoluent tout près de leurs plus hauts de trois mois, soutenus à la fois par l’optimisme ambiant sur le commerce et la croissance et par le regain de tension géopolitique avec les frappes américaines en Syrie et en Irak contre le Hezbollah, soutenu par l’Iran.

Le Brent gagne 0,87% à 68,75 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) prend 0,36% à 61,94 dollars.

OR

Soutenu par la baisse du dollar et les tensions géopolitiques, le cours de l’once d’or a atteint son plus haut niveau depuis deux mois à 1 515,8 dollars sur le marché spot. Sa progression sur l’ensemble de l’année approche 18%, soit la plus forte hausse depuis 2010.

Marc Angrand, édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below