December 19, 2019 / 5:23 PM / 7 months ago

Tendance positive en Europe et records à Wall Street

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en légère hausse, exception faite de celle de Francfort, l’actualité des banques centrales ayant dominé sur des marchés attentistes à l’approche des fêtes.

Les Bourses européennes ont terminé en légère hausse, exception faite de celle de Francfort, l'actualité des banques centrales ayant dominé sur des marchés attentistes à l'approche des fêtes. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse 0,21% à 5.972,28 points. Le Footsie britannique a gagné 0,44% mais le Dax allemand a cédé 0,08% en raison de la baisse du secteur automobile. /Photo d'archives/REUTERS/Lisi Niesner

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse 0,21% à 5.972,28 points. Le Footsie britannique a gagné 0,44% mais le Dax allemand a cédé 0,08% en raison de la baisse du secteur automobile.

L’indice EuroStoxx 50 a fini à l’équilibre, le FTSEurofirst 300 a avancé de 0,14% et le Stoxx 600 de 0,17%.

L’accord commercial conclu la semaine dernière avec la Chine sera signé début janvier, a annoncé le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin, dans un entretien accordé à CNBC. Il a ajouté qu’il ne ferait l’objet d’aucune renégociation.

L’actualité du jour, relativement calme avec l’approche des fêtes de fin d’année, a été dominée par les décisions de politique monétaire de plusieurs banques centrales.

La Banque d’Angleterre (BoE) a laissé, sans surprise, sa politique inchangée en expliquant qu’il était encore trop tôt pour mesurer l’impact de la victoire électorale du Premier ministre, Boris Johnson.

Plus tôt, la banque centrale norvégienne et la Banque du Japon ont également maintenu leur politique monétaire intacte mais leur équivalente suédoise s’est montrée plus audacieuse en relevant son taux directeur à zéro malgré les incertitudes économiques.

Les marchés européens, comme Wall Street, sont restés indifférents à la mise en accusation de Donald Trump par la Chambre des représentants car il est très peu probable que le Sénat, contrôlé par les Républicains, vote pour la destitution du président américain.

VALEURS

La plus forte hausse sectorielle en Europe est pour le compartiment défensif de la santé, qui a gagné 0,77%, la plus forte baisse pour celui de l’automobile (-0,68%), ce qui a freiné la Bourse de Francfort.

Le chimiste suisse Clariant a pris 2,11% après la vente de son activité “Masterbatches” à l’américain PolyOne pour 1,6 milliard de dollars (1,44 milliard d’euros), qui lui permettra de distribuer environ un milliard de dollars à ses actionnaires.

A WALL STREET

La Bourse de New York évolue sur une note légèrement haussière, portée par les informations concernant l’avancée de la signature de l’accord commercial USA-Chine.

Les trois indices ont inscrit de nouveaux plus hauts historiques, à 28.381,48 points le Dow Jones (+0,39%), à 3.202,71 points pour le Standard & Poor’s 500 (+0,35%) et 8.871,87 pour le Nasdaq Composite (+0,47%).

En Bourse, Micron Technology gagne plus de 3% après avoir publié des résultats meilleurs que prévu et dit tabler sur une reprise du marché des puces l’année prochaine.

Le groupe agroalimentaire Conagra Brands grimpe de 18,73%, à un plus haut d’un an, grâce à des résultats là aussi supérieurs aux attentes.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué aux Etats-Unis la semaine dernière mais moins que prévu. Le département du Travail a annoncé 234.000 inscriptions alors que les économistes interrogés par Reuters s’attendaient à 255.000.

Ce chiffre inférieur aux attentes a détourné l’attention des traders de la tendance plus positive sur le long terme, a estimé James Barnes chez Bryn Mawr Trust.

Autre indicateur important, la croissance de l’activité manufacturière dans le nord-est des Etats-Unis a nettement reculé en décembre, tombant à un niveau qu’il n’avait plus atteint depuis le mois de juin.

CHANGES

L’”indice dollar” est stable face à un panier de devises internationales avant les chiffres de la croissance américaine vendredi pour le troisième trimestre.

La livre perd 0,33% contre le dollar et perd plus de 2% depuis le début de semaine en raison des inquiétudes concernant le Brexit alors que le premier ministre Boris Johnson exclut l’hypothèse d’une prolongation de la période de transition post-Brexit au-delà du 31 décembre 2020.

TAUX

Sur le marché obligataires, les rendements américains ont effacé leur gains après la publication de statistiques américaines mitigées. Le 10 ans est stable à 1,9099%.

En Europe, le rendement du Bund à 10 ans a terminé en hausse à -0,234%, après un pic de six mois à -0,208%.

PÉTROLE

Les cours du pétrole évoluent à un plus haut de trois moins, soutenus par la baisse des stocks de brut américain et l’amélioration des relations commerciales entre les Etats-Unis et la Chine.

Le brut léger américain prend 0,61% à 61,3 dollars et le Brent gagne 0,7% à 66,63 dollars le baril.,

A SUIVRE vendredi :

Les investisseurs suivront la publication des dépenses de consommateurs aux Etats-Unis pour le mois de novembre et la troisième et dernière estimation de la croissance américaine pour le troisième trimestre.

Édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below