December 16, 2019 / 5:18 PM / 4 months ago

Les actions européennes au plus haut

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini en nette hausse lundi et l’indice Stoxx 600 a inscrit un record, l’accord commercial partiel entre les Etats-Unis et la Chine d’une part, des indicateurs économiques rassurants d’autre part ayant dopé l’appétit des investisseurs pour les actifs risqués.

Les Bourses européennes ont fini en nette hausse lundi et l'indice Stoxx 600 a inscrit un record, l'accord commercial partiel entre les Etats-Unis et la Chine d'une part, des indicateurs économiques rassurants d'autre part ayant dopé l'appétit des investisseurs pour les actifs risqués. À Paris, le CAC 40 a terminé sur un gain de 1,23% (72,64 points) à 5991,66 points après avoir franchi le seuil symbolique des 6.000 points pour la première fois depuis juillet 2007. À Londres, le FTSE 100 a clôturé en hausse de 2,25% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,94%. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

À Paris, le CAC 40 a terminé sur un gain de 1,23% (72,64 points) à 5991,66 points après avoir franchi le seuil symbolique des 6.000 points pour la première fois depuis juillet 2007.

A Londres, le FTSE 100 a clôturé en hausse de 2,25% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,94%.

L’indice EuroStoxx 50 a pris 1,12%, le FTSEurofirst 300 1,45% et le Stoxx 600 1,39%. Ce dernier a inscrit en séance un record historique à 418,53 points.

Robert Lighthizer, le représentant au Commerce des Etats-Unis, a assuré dimanche que l’accord de “phase un” entre Washington et Pékin évoqué depuis vendredi était acquis même si la date de la signature officielle n’était pas encore fixée.

Ce compromis de dernière minute, qui devrait permettre aux Etats-Unis de doubler leurs exportations vers la Chine selon la Maison blanche, écarte dans l’immédiat la menace d’une nouvelle hausse des droits de douane américains.

Autre élément rassurant: l’accélération de la croissance de la production industrielle comme des ventes au détail en Chine annoncée en début de journée, qui réduit la probabilité d’un ralentissement marqué de la deuxième économie mondiale.

“Avec une partie de l’incertitude sur le commerce levée la semaine dernière, les investisseurs devraient commencer à se sentir plus confiants dans la capacité de la Chine à parvenir à une croissance de 6% ou plus en 2020”, explique Edward Moya, analyste senior d’OANDA.

Avec la victoire nette des conservateurs britanniques aux élections législatives de jeudi, qui dégage l’horizon du Brexit, ce sont donc trois des principaux risques redoutés par les investisseurs qui refluent.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, Wall Street évoluait elle aussi dans le vert, le Dow Jones s’adjugeant 0,62%, le Standard & Poor’s 500 0,83% et le Nasdaq Composite 1,07%.

Tous trois ont inscrit de nouveaux records en matinée.

La seule baisse marquée au sein du Dow est pour Boeing, qui perd plus de 3% avec les craintes de voir prolongée l’immobilisation du 737 MAX.

LES INDICATEURS DU JOUR

En Chine, la production industrielle affiche une croissance de 6,2% sur un an en novembre et les ventes au détail une progression annuelle de 8%, des chiffres supérieurs aux attentes.

En Europe, les premiers résultats des enquêtes d’IHS Markit auprès des directeurs d’achats reflètent une croissance toujours ralentie, avec une contraction marquée de l’activité du secteur manufacturier.

Aux Etats-Unis, l’indice d’activité “Empire State” de la région de New York est remonté moins qu’attendu à 3,5 mais le moral des professionnels de la construction de logements s’est nettement amélioré pour atteindre son meilleur niveau depuis plus de 20 ans.

VALEURS

La hausse générale des actions européennes a profité à l’ensemble des grands secteurs de la cote et entre autres à celui des matières premières, dont l’indice Stoxx a pris 1,87%.

La plus forte hausse sectorielle du jour est toutefois pour le compartiment bancaire (+2,05%), qui a bénéficié de la hausse toujours marquée des valeurs financières britanniques après les résultats des législatives de jeudi : Barclays a gagné 5,47%, Lloyds Banking Group 4,54% et Royal Bank of Scotland 3,65%.

A la baisse, Tullow Oil a rechuté de 10,18% après quatre séances de rebond et Electrolux a cédé 10,57%, le marché sanctionnant l’avertissement du groupe suédois sur le coût de sa réorganisation aux Etats-Unis.

CHANGES

Le marché des changes est moins enthousiaste que les marchés actions face à l’accord entre Washington et Pékin: le dollar abandonne 0,1% face à un panier de référence, signe que les cambistes restent prudents dans l’attente de précisions sur le contenu du texte.

L’euro remonte à 1,1142, sans pour autant retrouver le pic de quatre mois atteint vendredi à 1,1199.

TAUX

Les rendements des emprunts d’Etat de référence de la zone euro ont été orientés à la baisse pendant la majeure partie de la séance, traduisant entre autres la prudence du marché après les PMI “flash”, mais ils sont remontés au cours de la dernière heure d’échanges dans le sillage du marché américain: au moment de la clôture, celui du Bund allemand à dix ans prenait près de trois points de base à -0,269% contre un plus bas à -0,308% en matinée.

Le dix ans américain prenait alors plus de six points de base à 1,8836%, effaçant une partie de la forte baisse enregistrée vendredi après les premières informations sur l’accord USA-Chine.

PÉTROLE

Les cours du brut sont en hausse, tout près des plus haut de trois mois inscrits vendredi. Le Brent gagne 0,28% à 65,40 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,08% à 60,12 dollars.

Édité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below