December 12, 2019 / 6:06 PM / 2 months ago

Actions et rendements en hausse grâce à Trump et à Lagarde

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont terminé en hausse jeudi, soutenues par un regain d’espoir sur le commerce entre les Etats-Unis et la Chine et par la confiance affichée par la Banque centrale européenne (BCE) dans les perspectives économiques de la zone euro.

Les principales Bourses européennes ont terminé en hausse jeudi. À Paris, le CAC 40 gagne en clôture 0,4%. A Londres, le FTSE 100 a gagné 0,98% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,57%. /Photo prise le 12 décembre 2019/REUTERS

À Paris, le CAC 40 gagne en clôture 0,4% (23,38 points) à 5.884,26 points. A Londres, le FTSE 100 a gagné 0,98% et à Francfort, le Dax a progressé de 0,57%.

L’indice EuroStoxx 50 a pris 0,51%, le FTSEurofirst 300 0,53% et le Stoxx 600 0,33%.

Pratiquement inchangé à l’ouverture, ce dernier était pourtant passé en territoire négatif en début d’après-midi avant que Donald Trump ne déclenche un retournement de tendance en publiant sur Twitter un message assurant être “très proche” d’un “grand accord” avec la Chine.

Le Wall Street Journal a ensuite rapporté que les négociateurs américains avaient proposé à leurs interlocuteurs chinois une réduction allant jusqu’à 50% des droits de douane déjà en vigueur sur 360 milliards de dollars (324 milliards d’euros) de produits d’importation.

Ces nouvelles ont eu d’autant plus d’effet que les marchés redoutaient jusqu’alors une nouvelle escalade dimanche, date à laquelle les Etats-Unis pourraient relever les droits de douane sur plus de 150 milliards de dollars de produits chinois.

“Le marché est en train d’intégrer un accord commercial dans les cours, ça ne fait aucun doute”, commente Joe Saluzzi, co-directeur du trading de Themis Trading. “S’il n’y a pas d’accord, il y aura un gros problème lundi.”

De son côté, Christine Lagarde, lors de sa première conférence comme présidente de la BCE, a laissé entendre que la zone euro devrait poursuivre une reprise lente et régulière. L’institution a en outre relevé sa prévision d’inflation pour l’an prochain.

“Les indicateurs de la zone euro semblent se stabiliser et les nouvelles prévisions des services de la BCE montrent une reprise progressive de la croissance comme de l’inflation”, note Fidelity International, évoquant “un contexte moins pessimiste”.

Ces différents facteurs ont permis à l’indice mondial MSCI “All Country”, qui regroupe 47 marchés, d’inscrire un plus haut historique; son précédent record remontait à janvier 2018.

A WALL STREET

Alors que les indices américains avaient ouvert dans le rouge, le tweet de Donald Trump leur a permis d’inscrire de nouveaux records en matinée et au moment de la clôture européenne, le Dow Jones gagnait 0,42%, le Standard & Poor’s 500 0,47% et le Nasdaq Composite 0,38%.

Parmi les valeurs les plus sensibles aux tensions commerciales, Caterpillar prenait 0,99% et Micron Technology 2,88%.

VALEURS

En Europe, la plus forte hausse sectorielle du jour est pour l’indice Stoxx des banques, qui affiche en clôture un gain de 2,28% grâce à l’effet conjugué de l’optimisme sur le commerce et des annonces de la BCE.

Christine Lagarde a notamment dit être consciente des effets indésirables de la politique monétaire actuelle, des propos jugés rassurants pour les banques.

Parmi les secteurs exposés au marché chinois, l’automobile a pris 1,31% et les matières premières 1,1%.

A la baisse, les défensives ont souffert: le Stoxx de l’immobilier a perdu 0,89% et les services aux collectivités (“utilities”) 0,81%.

LES INDICATEURS DU JOUR

Les inscriptions au chômage aux Etats-Unis ont nettement augmenté la semaine dernière à 252.000, leur plus haut niveau depuis septembre 2017, et les prix à la production sont restés inchangés en novembre

Dans la zone euro, la production industrielle a baissé de 0,5% en octobre, comme attendu.

CHANGES

Le regain d’appétit pour le risque lié au dossier du commerce USA-Chine permet au dollar de s’apprécier face au yen (+0,59%). L’”indice dollar”, qui mesure l’évolution du billet vert face à un panier de devises de référence, prend 0,33%.

L’euro, lui, recule de 0,13% contre la devise américaine à 1,1113 alors qu’il avait atteint brièvement 1,1154 pendant la conférence de presse de Christine Lagarde.

Parallèlement, la livre sterling cède du terrain face au dollar et à l’euro, s’éloignant de ses récents plus hauts, victime de prises de bénéfice avant les résultats des élections législatives, qui devraient être connus au plus tôt dans la nuit.

TAUX

Sur le marché obligataire, le retour subit de l’optimisme sur le commerce se traduit par une remontée des rendements: celui des bons du Trésor américain à dix ans a repassé le seuil de 1,9% pour la première fois depuis le 13 novembre.

En Europe, son équivalent allemand prenait six points de base en fin de séance à -0,27%, lui aussi au plus haut depuis près d’un mois.

PÉTROLE

Le marché pétrolier profite lui aussi de l’espoir d’un compromis commercial entre Washington et Pékin: le Brent gagne 1,07% à 64,40 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1% à 59,35 dollars.

Après avoir cédé du terrain mercredi, le baril avait déjà entamé un rebond avant les déclarations de Donald Trump en profitant de la prévision par l’Opep d’une offre mondiale légèrement déficitaire en 2020.

Édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below