December 11, 2019 / 12:52 PM / 4 months ago

Les actions hésitent avant la Fed et une échéance clé sur le commerce

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue sans grand changement et les actions européennes hésitent à mi-séance mercredi, la prudence dominant sur les marchés face à l’incertitude persistante sur le commerce USA-Chine et avant les décisions de la Réserve fédérale américaine en fin de journée puis de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi, sans oublier les élections législatives britanniques.

Wall Street est attendue sans grand changement et les actions européennes hésitent à mi-séance mercredi. À Paris, le CAC 40 est stable vers 12h25 GMT et à Londres, le FTSE 100 recule de 0,13% alors qu'à Francfort, le Dax gagne 0,34%. /Photo prise le 9 décembre 2019/REUTERS

Les contrats sur indices new-yorkais signalent une ouverture en baisse d’environ 0,1% pour le Dow Jones et le Standard & Poor’s 500 et quasi stable pour le Nasdaq.

À Paris, le CAC 40 est stable à 5.847,88 points vers 12h25 GMT et à Londres, le FTSE 100 recule de 0,13% alors qu’à Francfort, le Dax gagne 0,34%.

L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 est pratiquement inchané, l’EuroStoxx 50 de la zone euro progresse de 0,17% et le Stoxx 600 recule de 0,05%.

Les investisseurs restent par ailleurs à l’affût de toute précision éventuelle sur le risque de voir les Etats-Unis relever dimanche leurs droits de douane sur plus de 150 milliards de dollars de produits chinois. Donald Trump doit réunir ses conseillers en charge de dossiers économiques et commerciaux pour débattre de l’application éventuelle de la menace d’augmentation des droits de douane au 15 décembre, a-t-on appris de source proche du dossier.

La Chine a déjà prévenu qu’elle prendrait des mesures de représailles en cas de nouveau relèvement des barrières douanières américaines.

De son côté, la Fed laissera probablement sa politique monétaire inchangée à l’issue de sa dernière réunion de l’année mais les investisseurs surveilleront d’éventuelles modifications dans la formulation de son évaluation de la situation économique et dans ses prévisions.

“Un consensus plus fort pourrait apparaître concernant un statu quo de la politique monétaire en 2020, en dépit d’une incertitude qui persistera jusqu’à l’élection américaine concernant les accords commerciaux entre les Etats-Unis et la Chine”, résume Arthur Jurus, chef économiste de Landolt & Cie.

En attendant le communiqué de la banque centrale à 19h00 GMT, Wall Street prendra connaissance à 13h30 GMT des chiffres mensuels des prix à la consommation aux Etats-Unis.

VALEURS EN EUROPE

La plus forte baisse sectorielle en Europe est pour l’immobilier, dont l’indice Stoxx cède 1,15%, alors que la hausse la plus marquée profite à l’automobile (+0,83%).

Parmi les plus fortes baisses du CAC 40 Parisien, Unibail Rodamco Westfield perd 1,02% alors que Sodexo (+2,18%) est en tête de l’indice après le relèvement de la recommandation d’Exane BNP Paribas à “neutre”.

Inditex, la maison mère de l’enseigne de mode Zara, prend 3,7% après ses résultats sur neuf mois.

TAUX

Les rendements des emprunts d’Etat de référence sont orientés à la baisse avant les décisions de la Fed et de la BCE, et l’échéance de dimanche sur le commerce USA-Chine, des inconnues qui incitent bon nombre d’investisseurs à rester en retrait.

Celui du Bund allemand à dix ans recule de 1,7 point de base environ à -0,315% et son équivalent français affiche une baisse de près de deux à -0,002%.

Le dix ans américain, lui, revient à 1,8243%.

CHANGES

Le dollar regagne du terrain face à un panier de devises de référence (+0,12%) et l’euro est repassé sous 1,1080 après avoir buté, comme mardi, sur le seuil de 1,11.

La livre sterling se stabilise après les pertes subies (jusqu’à -1% par rapport au pic de mardi) en réaction à la publication d’un sondage montrant une réduction de l’avance du Parti conservateur dans les intentions de vote pour les législatives de jeudi.

A noter aussi, sur le marché des devises, la hausse de la couronne suédoise, au plus haut depuis avril face à l’euro après des chiffres d’inflation supérieurs aux attentes qui confortent le scénario d’une sortie du taux directeur de la Riksbank du territoire négatif la semaine prochaine.

PÉTROLE

Les cours du baril reculent après la publication des chiffres hebdomadaires de l’American Petroleum Institute (API) montrant une hausse inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière (+1,4 million de barils contre -2,8 millions attendu), une surprise qui s’ajoute aux incertitudes sur le commerce international.

Le Brent abandonne 0,78% à 63,84 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) cède 0,62% à 58,87 dollars.

L’Energy Information Administration (EIA) doit publier ses propres chiffres à 15h30 GMT.

Marc Angrand

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below